Textes sur les organisations centralisées

Dans le cadre d’une réflexion sur les organisations centralisées1 et opérant du haut vers le bas2 et plus précisément pour un travail sur la Chine actuelle, je cherche des textes en anglais, français ou espagnol sur :

  • Les institutions soviétiques de la période de transition jusqu’à aujourd’hui
  • Un comparatif entre les institutions russes et chinoises (1949 à aujourd’hui…)
  • Les institutions de l’Église Catholiques, du Pape jusqu’au curé de campagne
  • Une ou deux grande(s) entreprises : laquelle/lesquelles, en Europe / aux USA ?

Si jamais vous avez des références à me proposer, vous pouvez les laisser en commentaire. Merci d’avance !

Crédit photo : “Central station” par Stig Nygaard

  1. Je ne sais pas d’ailleurs si, dans le cadre de celle-ci, je dois prendre en compte la différence de nature entre entreprises privées et institutions politiques ou religieuses… []
  2. Longue périphrase, mais il ne s’agit pas ici de régimes ‘autoritaires’ et encore moins ‘totalitaires’, pas plus que de régimes ‘forts’ puisque cela sous-entendrait fautivement que les organisations décentralisées sont ‘faibles’. []

Existe-t-il une doctrine Menger ? disponible sur Openedition.org

On peut désormais lire en ligne l’intégralité d’Existe-t-il une doctrine Menger ? Aux origines de la pensée économique autrichienne, le recueil de textes dirigé par Gilles Campagnolo paru en 2011 aux Publications de l’Université de Provence, gratuitement sur Openedition.

En voici le sommaire :
Gilles Campagnolo, Introduction : Existe-t-il une « doctrine Menger » (eine Mengerlehre) ? Continuer la lecture de Existe-t-il une doctrine Menger ? disponible sur Openedition.org

L’Ecole autrichienne de A à Z

Les professeurs Antoine Gentier et François Facchini du CERGAM-CAE (Université d’Aix-Marseille) viennent d’éditer L’Ecole Autrichienne de A à Z, petit livre de 196 pages, découpé en 50 articles écrits par 15 auteurs différents.

Le livre, qui peut se lire comme un dictionnaire ou en suivant un ordre de lecture par regroupement thématique, donne des définitions sur les concepts clefs développés par l’école autrichienne en science économique, et fournit les principales références bibliographiques relatives à ceux-ci. Il est destiné à tous les publics curieux de connaître les apports contemporains de l’école autrichienne, peut servir de manuel complémentaire aux étudiants, et est vendu sur la plateforme blurb pour 7,33 € en format livre (compter 6€ de frais de port) et 1,49 € HT en format pour Ipad ou Iphone. Signalons que les quinze premières pages sont consultables gratuitement sur le site de l’éditeur.

Nouvelle édition chez Flammarion pour le Avez-vous lu Polanyi ? de Jérôme Maucourant

C’est une bonne nouvelle pour le portefeuille des gens intéressés par Karl Polanyi : Avez-vous lu Polanyi ? (2005) de Jérôme Maucourant, probablement le meilleur ouvrage introductif sur l’auteur en langue française, va être publié dans la collection Champs Essai pour moins de 10 €.

Après la traduction de La subsistance de l’homme, et sans doute à l’occasion de cet évènement, c’est donc le deuxième ouvrage que Flammarion sort en ce mois d’octobre 2011 de ou sur Karl Polanyi. A titre personnel, je dois à cet ouvrage les découvertes de la filiation mengerienne de Polanyi et du fait que celui-ci ait longuement lu les auteurs autrichiens1 de son époque (Böhm-Bawerk, Wieser, Mises), même avec des appréciations différentes puisqu’il adhérait partiellement à la version du marginalisme développé par Wieser2 tout en polémiquant avec Mises sur la possibilité du calcul économique en régime socialiste.

Je ne peux que le recommander à toutes les personnes qui voudraient (re)découvrir la pensée du frère ainé de Michael Polanyi, et ce, désormais sans l’excuse pécuniaire !

  1. J’en avais parlé dans un billet de novembre 2008 : « Karl Polanyi ou une branche substantiviste au sein de l’école autrichienne ? » []
  2. SCHAFFER Felix, (1964) “Vorgartenstrasse 203: Extracts from a memoir”, dans POLANYI-LEVITT / ROBBIE Mc (dirs.), (2000) Karl Polanyi in Vienna – The Contemporary Significance of The Great Transformation, Black Rose Books, Montréal, 334 []

La subsistance de l’homme disponible en français

C’est un petit évènement pour les polanyiens francophones : trente quatre ans après sa parution à titre posthume (édité par H.W. Pearson en 1977), la traduction de The Livelihood of Man, La subsistance de l’homme, est enfin proposée au public francophone (Flammarion, 26 € pour l’édition papier 20€ pour la version Kindle).

Jusqu’ici seuls les deux premiers chapitres avaient été traduits par Antoine Deville en 1986 et publiés dans le Bulletin du M.A.U.S.S. La traduction et la préface sont signées par Bernard Chavance.

Étonnamment1, le texte est désormais plus facile à trouver en langue française qu’en anglais, et les universitaires intéressés par un ouvrage trop souvent ignoré, doivent faire appel au prêt entre bibliothèque pour pouvoir se le procurer…

Quant à la fiabilité de cet ouvrage posthume, si, comme le confesse l’éditeur, il n’a pas été facile d’établir le texte étant donné que les manuscrits, souvent fragmentaires, existent en plusieurs versions qu’on imagine pas toujours totalement identiques. On peut cependant penser que l’entreprise de Harry Pearson, soutenue et aidée par la femme de Karl Polanyi, Ilona Ducyznska Polanyi, n’est pas une reconstruction trop aventureuse du propos de Polanyi, puisqu’à la mort de celui-ci, en 1964, le titre du livre était décidé, ainsi que le sommaire. Plus d’une version de la préface ont été rédigées par l’auteur, ainsi qu’une introduction et les chapitres 1 (« Le sophisme économiciste ») et 4 (« L’économie encastrée dans la société »2 ). Les chapitres 2, 3 et 8 existaient déjà sous d’autres versions, notamment un article paru à titre posthume en 1971, “Carl Menger’s Two Meanings of ‘Economic’” pour le chapitre 2.

Voilà sans doute l’occasion de (re)découvrir que Karl Polanyi, outre les Essais publiés en 2007 au Seuil, ce n’est pas que la seule Grande transformation !

A lire aussi sur La subsistance de l’homme :

ALARY Pierre, « La subsistance de l’homme : l’économie selon Karl Polanyi », Revue de la régulation [En ligne], 12 | 2e semestre / Autumn 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 26 juillet 2014. URL : http://regulation.revues.org/10008

M.à.j. : 26 juillet 2014.

  1. Quoique l’édition de la Grande transformation ait aussi connu le même sort, avec une traduction française effectuée 30 ans après la parution initiale, traduction qui s’avéra par la suite bien plus trouvable que la version anglophone durant quelques années []
  2. Cf. Editor’s Preface de l’édition anglophone, London, Academic Press []

Friedrich Hayek sur Contrepoints

Publié par l’association liberaux.org, le webzine Contrepoints connait une belle ascension parmi ses concurrents francophones grâce à une gestion entreprenante d’un noyau dur de quelques individus ayant décidés d’en faire un média d’une certaine importance. Mêlant articles de fond et billets d’humeur à orientation franchement libérale, textes de grands auteurs ou plumes acerbes d’éditorialistes anonymes, on peut signaler quelques billets intéressants sur Friedrich Hayek :

Bonne lecture !

Deux questions concernant Hayek en 1973

J’ai deux questions que je lance sur Internet comme deux bouteilles à la mer…

Tout d’abord concernant la sortie du premier volume (de la première partie) de Droit, législation et liberté, « Règle et ordre ». J’aurais besoin de savoir quel mois en 1973, il est sorti, ainsi que l’éditeur original Sont-ce les Presses de l’Université de Chicago ? Routledge ?1

 F. Hayek et L. Mises, en mars 1958

Ensuite, je n’arrive pas à comprendre comment Hayek a-t-il pu publier son “In Memoriam Ludwig von Mises (1881-1973)” dans le volume 33 de la Zeitschrift für Nationalökonomie, qui est paru en septembre d’après le site de SpringerLink, alors que Ludwig von Mises est décédé le 10 octobre de 1973. Je n’imagine pas Hayek enterrer son mentor vivant …

Si quelqu’un a des éléments de réponse, je le remercie d’avance pour ceux-ci.

  1. La première édition en un volume, avec corrections et une préface révisée est quant à elle sortie, chez Routledge & Kegan Paul Ltd, en 1982. []

Réédition de L’éthique de la liberté de Murray Rothbard

La réédition de L’éthique de la liberté de Murray Rothbard (1926-1995), est publiée dans la collection de la Bibliothèque classique de la liberté des Belles lettres, depuis le 20 mars 2011.

L'éthique de la liberté
L’éthique de la liberté aux Belles lettres

Si par rapport à l’édition de 1991 la traduction de François Guillaumat et Pierre Lemieux reste inchangée, la version 2011 contient une préface inédite de Jérémie T. A. Rostan, agrégé de philosophie dont on peut lire le blog1 ainsi que ses articles publiés par le Mises Institute et Le québécois libre.

The Ethics of Liberty, titre original de l’ouvrage, fut publié initialement en 1982, soit vingt ans après Man, Economy, and State, le premier grand texte de l’émule de Ludwig von Mises. Dans ce nouvel opus, il part d’une « robinsonnade » et radicalise le libertarianisme en prônant une liberté individuelle maximale, l’État zéro et une société totalement privatisée fondée sur l’échange volontaire et le capitalisme de laissez-faire (position anarcho-capitaliste), eux-mêmes légitimés par une réinterprétation rationaliste rigoureuse de la tradition du droit naturel, du droit de propriété et de la morale qui en découle.

La lecture de cet ouvrage offre un excellent aperçu des positions éthiques et économiques de la pensée libertarienne.

On peut aussi lire une interview de Jérémie Rostan sur le site de l’Institut Coppet, suite à sa préface de L’éthique de la liberté.

M. à j. le 02/06/2011

  1. En suivant le lien ci-dessus []