Réédition de L’éthique de la liberté de Murray Rothbard

La réédition de L’éthique de la liberté de Murray Rothbard (1926-1995), est publiée dans la collection de la Bibliothèque classique de la liberté des Belles lettres, depuis le 20 mars 2011.

L'éthique de la liberté
L’éthique de la liberté aux Belles lettres

Si par rapport à l’édition de 1991 la traduction de François Guillaumat et Pierre Lemieux reste inchangée, la version 2011 contient une préface inédite de Jérémie T. A. Rostan, agrégé de philosophie dont on peut lire le blog1 ainsi que ses articles publiés par le Mises Institute et Le québécois libre.

The Ethics of Liberty, titre original de l’ouvrage, fut publié initialement en 1982, soit vingt ans après Man, Economy, and State, le premier grand texte de l’émule de Ludwig von Mises. Dans ce nouvel opus, il part d’une « robinsonnade » et radicalise le libertarianisme en prônant une liberté individuelle maximale, l’État zéro et une société totalement privatisée fondée sur l’échange volontaire et le capitalisme de laissez-faire (position anarcho-capitaliste), eux-mêmes légitimés par une réinterprétation rationaliste rigoureuse de la tradition du droit naturel, du droit de propriété et de la morale qui en découle.

La lecture de cet ouvrage offre un excellent aperçu des positions éthiques et économiques de la pensée libertarienne.

On peut aussi lire une interview de Jérémie Rostan sur le site de l’Institut Coppet, suite à sa préface de L’éthique de la liberté.

M. à j. le 02/06/2011

  1. En suivant le lien ci-dessus []

Les fils concernant l’école autrichienne sur Liberaux.org

Le forum de l’association Liberaux.org rassemble quotidiennement des libéraux d’horizons différents et si tous ne se sentent pas autrichiens, la majorité des contributeurs les plus prolixes s’en revendique. L’école autrichienne n’est pas elle-même libérale1 bien que les figures de proue des troisième (Mises, Hayek) et quatrième (Rothbard) générations s’en réclament. Les libéraux autrichiens, ne sont quant à eux qu’un des nombreux courants qui composent le libéralisme moderne. Ainsi, par exemple, la Société du Mont-Pèlerin, créée en 1947 sous l’impulsion de Friedrich Hayek, fait cohabiter en son sein des courants différents comme des membres de l’Ecole de Chicago, des ordolibéraux ou des libéraux dits « classiques », en plus des autrichiens. On intègre aussi l’objectivisme dans les courants libéraux et les adeptes d’Ayn Rand, même s’ils sont peu nombreux, sont aussi représentés sur Liberaux.org ; comme la pensée de la romancière intrigue et polarise par sa force provocatrice, elle est très souvent discutée dans le forum Lectures. Continuer la lecture de Les fils concernant l’école autrichienne sur Liberaux.org

  1. Cf. sur catallaxie.net : Des socialistes dans l’école autrichienne ? []