Pourquoi le luciférisme se montre tant dans les vidéoclips ?

Certes la plupart des contenus des vidéoclips diffusés sont simplement hédonistes, flattant les instincts les plus faciles, le matérialisme et la jouissance les plus immédiates, afin que le consommateur avachi soit frivole, dépensier et insatiable. C’est en quelque sorte l’aspect spontané de l’action d’un vendeur qui veut faire plaisir au consommateur et le rendre attaché à ses produits pour qu’ils soient nécessaires au pigeon pris au piège. Mais il y a aussi, c’est l’hypothèse défendue par les vidéos relayées ici, une imagerie luciférienne diffusée de manière collective et volontaire par l’industrie du divertissement, qui correspond bien à une entreprise occulte religieuse et politique.1, visant à mener l’humanité à rejeter les religions établies et l’ordre politique qui en avait émergé, pour entrer dans un nouvel ordre mondial.

Alexandre Lebreton

Deux chaines en parlent sur Youtube. D’une part l’infatigable Alexandre Lebreton.

Ici, il ne s’agit pas pour lui, comme c’est le cas dans les chapitres centraux de son ouvrage MK. Abus rituel et contrôle mental, de montrer comment par des procédés scientifiques et rituels ancestraux, on essaye de créer une antiélite occulte destinée à dominer les simples humains qui n’ont qu’une seule personnalité et ne connaissent pas la décorporation, mais de voir ce qu’on réserve aux masses :

Liste des clips illustrant le propos : Katy Perry : « Wide Awake » – Lindsay Stirling : « Shatter Me » – Kerli : « Walking on Air » – Lil’Wayne : « Love Me » – Sigur Ros : « Fjogur Piano » – Jessie J : « Price Tag » – Britney Spears : « Work B*tch » – Iggy Azalea : « Change Your Life » – Tool : « Prison Sex » – Willow Smith : « 21st Century Girl » – Andamiro : « Waiting » – A-JAX : « Insane » – Ladie’s Code : « Hate You » – Azealia Banks : « Yung Rapunxel » – Laura Branigan : « Self Control » – Natalia Kills : « Zombie » / « Mirrors » / « Wonderland » – Candy Brooke : « A Study in Duality » – Panic! at the disco : L.A Devotee – Taylor Swift : « Style » – PINK : « Just Like Fire »

The Forerunner 77 relayé par Alexandre Lebreton :  » face à l’industrie du divertissement satanique, un choix s’impose ! « 

L’heure de se réveiller

La chaine L’heure de se réveiller, dans un travail complémentaire (et parfois un peu redondant, mais avec une technique bien meilleure) aux vidéos d’A. Lebreton, a réalisé deux épisodes d’une série appelée « apprenez à voir » :

https://www.youtube.com/watch?v=Kh-GHHypm9A
L’heure de se réveiller, Apprenez à voir #1
L’heure de se réveiller, Apprenez à voir #2

Aller plus loin avec Pierre de Brague : culture de masse de la déprime et de la prostitution généralisée

On peut aller un peu plus loin avec Pierre de Brague, qui ne parle pas de dévoilement exoésotérique dans la musique mais, quelque part, des conséquences sur la jeunesse de la manipulation dénoncée plus haut.

Synthèse

Ce qu’expliquent bien ces deux personnes c’est qu’en montrant de manière exoésotérique les contenus satanistes, les références à la dissociation de personnalité, obtenues scientifiquement par des procédés type MK-Ultra ou de manière rituelle, la prise de drogue ou la prostitution, l’industrie du divertissement nous rend complice de tout cela, par notre passivité. Même si nous ne sommes les producteurs de ces contenus, notre consommation nous engage, comme n’importe acte de consommation et bien plus que les décisions politiques prises en notre nom auxquelles nous pouvons peu dans un régime démocratique où l’on vote pour la peste ou le choléra dirigés par la même antiélite occulte organisant son opposition contrôlée. Et même si nous ne pouvons pas toujours décider de ne pas voir et/ou entendre ces contenus stupides, puisque les écrans sont partout dans les bars, les restaurants, les affiches et maintenant les écrans dans les rues,2 de sorte qu’il faut vivre loin des villes pour échapper à leurs saloperies, il faut y échapper. En effet, ces images sont là pour faire entrer des images sales dans nos cerveaux, des choses que nous ne devrions jamais voir, exactement comme la pornographie commence avec du sexe normal qu’on regarde comme on regarderait par la fenêtre en cachette les ébats de la voisine, les films pornos poursuivent aujourd’hui en montrant des accouplements anormaux, afin de faire entrer ses images et de préparer mentalement les plus jeunes qui, de plus, sont captifs de l’Education Nationale. Contrairement à l’image des trois singes qu’Alexandre Lebreton affiche comme s’ils faisaient référence à de la lâcheté, dans l’idée de Confucius ceci est tout à fait sain : je ne dois pas dire de mauvaises choses, je ne dois pas entendre de mauvaises choses et, surtout, je ne dois pas voir certaines choses, de sorte que je dois préserver mon innocence et ma virginité quant à certaines horreurs que je ne dois même pas pouvoir imaginer.

On comprend à tout cela qu’il ne faut pas regarder ces choses-là, se maintenir loin de tout écran et sites capables de nous les mettre sous le nez à notre corps défendant, et si c’est impossible à devoir, un jour, redevenir des iconoclastes et bousiller à coup de battes de baseball ces sales écrans qu’on nous impose partout et tout le temps…

Photo d’entête : “HIP_341035174.203812” par Gexydaf.

Notes

  1. Si tant est que les deux puissent être séparées.
  2. Le sport sert aussi à équiper les établissements publics, pour avoir des écrans partout, diffuser du contenu compromettant et bientôt de la politique totalitaire dans un scénario qu’avait totalement compris George Orwell.

Laisser un commentaire