Le 23 octobre 2006, Wayne Madsen Report [WMR], a déjà rapporté que le ministre de l’Intérieur français et candidat conservateur aux présidentielles Nicolas Sarkozy avait lancé des manœuvres de « guerre psychologique » en excitant la violence parmi les musulmans, essentiellement des gangs de la jeunesse nord-africaine à Paris et dans ses banlieues, pour convaincre le public français qu’il y a une « menace musulmane ». Nous pouvons maintenant rapporter que selon nos sources dans le Renseignement français, le programme est relié à des fonds de financement « hors bilan ».

Le ministre de l’Intérieur entretient ce qui est connu comme une « boîte noire » de fonds recueillis de la confiscation d’actifs français anti-narcotiques, contrebande, et d’autres activités illicites. Ces fonds non comptabilisés ont « disparu » dans les opérations clandestines de M. Sarkozy pour provoquer des troubles dans la jeunesse musulmane. L’argent est utilisé pour payer des fauteurs de troubles et convaincre des gangs de la rue d’attaquer les voitures de police, les bâtiments, les transports publics et en général exciter la violence. Hier, des provocateurs ont arrêté un bus à Grigny, dans l’Essonne, en banlieue de Paris. Dans ce que la police une attaque bien planifiée, les passagers ont été forcés de descendre du bus et deux jeunes l’ont ensuite embrasé avec du pétrole. Les flammes se sont étendues à quatre voitures garées. L’incident fait écho à des attaques précédentes planifiées contre la police ou des cibles civiles.

En plus des opérations de boîte noire, le Renseignement français a confirmé que les forces de renseignement intérieur de M. Sarkozy ont reçu ordre par le ministre de l’Intérieur de placer la candidate socialiste aux présidentielles Ségolène Royal sous surveillance électronique et physique totale.

Le 25 octobre 2006, un nouveau livre en Allemagne met en lumière le programme clandestin d’Israël de provocation de violence chez les musulmans en Europe de l’Ouest et d’engagement dans des opérations « sous faux drapeau » dans le but pour les gouvernements occidentaux de blâmer l’islam radical. Le livre Der Krieg im Dunkeln (La guerre de l’ombre) par Udo Ulfkotte, un ancien correspondant du Frankfurter Allgemeine Zeitung, fournit les détails d’opérations de deux unités du Renseignement israélien – la Metsada, spécialisée dans le sabotage, incluant les attaques terroristes « sous faux drapeau » et les assassinats ; et le LAP (Lohamah Psichologit), qui est engagé dans la guerre psychologique.

Le précédent livre de Ulfkotte sur l’extrémisme islamiste, titré The War in our Cities (La guerre dans nos villes), a été retiré du marché allemand à cause de « pressions légales massives de plaignants islamiques ».

Ulfkotte affirme que des agents de renseignement britanniques et allemands ont rencontré des agents de la Metsada et du LAP en France provoquant des violences pendant les émeutes de novembre 2005, dont les extrémistes islamistes furent accusés. WMR a également rapporté que le ministre de l’Intérieur et candidat aux présidentielles Nicolas Sarkozy, soutenu en France par les factions favorables à la Droite israélienne (Likoud/Netanyahou/Olmert), a coordonnée et continue de coordonner le paiement d’agents provocateurs de violence dans les banlieues à prédominance musulmane de Paris et d’autres villes.

[…] Ulfkotte cite aussi une source du MI6 britannique attestant que le but d’Israël est de façonner une image des musulmans comme étant des menaces imprévisibles qui ne peuvent être intégrées dans la société occidentale. […]

Le 26 octobre 2006, WMR a reçu un témoignage oculaire des opérations du ministre de l’Intérieur français Nicolas Sakrozy pour provoquer des violences dans les banlieues parisiennes. Sarkozy est en lice pour les élections présidentielles de l’an prochain. Le 25 septembre, un convoi de la police a utilisé le quai des Célestins sur la rive droite de la Seine comme zone d’entrainement pour un assaut dans la cité des Tarterêts dans le but de « bousculer » les habitants. Plusieurs centaines de policiers ont été recrutés pour l’attaque. Il y eut seulement quelques arrestations pour ce qui s’avère une opération de guerre psychologique (voir le reportage d’hier sur la responsabilité du LAP d’Israël dans les émeutes en France.)

L’assaut planifié de la police était mené en représailles d’une attaque contre deux policiers aux Tarterêts. WMR a appris de sources dans le Renseignement français que l’agression des policiers était également orchestrée par Sarkozy et ses soutiens qui ont totalement infiltré le service de renseignement intérieur, la DST, et se trouvent maintenant en nombre croissant à la DGSE, le service de renseignement extérieur.

Le 12 novembre 2006, WMR a obtenu un courriel crypté envoyé par le Renseignement états-unien à un officiel du gouvernement français en juillet 2005 mettant en garde contre l’infiltration de groupes immigrés en France par des membres du Renseignement néoconservateur entraînés aux Etats-Unis pour fomenter des émeutes dans les banlieues parisiennes peuplées d’immigrés musulmans en novembre 2005. […]

Le 6 février 2007, le candidat de droite aux élections présidentielles en France, Nicolas Sarkozy, a reçu de l’argent du fugitif international américain et pivot de la mafia russo-israélienne Marc Rich, selon des sources françaises. L’argent a été transmis par le biais de la division de blanchiment de la Deutsche Börse basée au Luxembourg à Clearstream. […] Sarkozy, un néoconservateur coopté pour favoriser une ligne dure envers les Arabes sur le territoire et au plan international, est aussi connu pour avoir reçu des fonds de Marc Rich, basé en Suisse, par le biais des comptes Clearstream de Menatep, avant et après l’effondrement de Menatep en 1998. Menatep a des liens avec un grand nombre de mafieux russo-israéliens, incluant Semion Mogilevich, considéré comme le plus dangereux parrain de la mafia russo-israélienne dans le monde. L’ancien avocat de Rich, Irve Lewis Scooter Libby, est en procès à Washington, DC, pour faux témoignage et obstruction de justice dans le dévoilement d’un officier de la CIA sous couverture.

Lucien Cerise, Neuro-pirates, p. 94-99

Bibliographie

CERISE Lucien, [2016] Neuro-pirates, Kontre Kulture, p. 90 + 94-101

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.