Cet ‘article’ sur Yann Moix vise deux buts.

Le premier, montrer à tous les Filochards qui croiraient qu’on peut se racheter aux yeux de gens qui ne connaissent pas le pardon prôné par Jésus, comment ils finiront. Il faut espérer que ces quelques exemples pédagogiques contribueront à prôner les vertus du courage et de l’honnêteté, en pointant le fait qu’il vaut mieux assumer ses idées avec fierté et courage, que de s’abaisser en rentrant dans les combines dont on finit perdant et méprisé de tous, après une petite gloriole en trompe-l’œil.

Le deuxième, illustrer comment fonctionne le lamarckisme inversé et la sélection des pires dans nos sociétés.

Ce qu’a à racheter Moix : frasques de fesses et négationniste de l’Holocauste low cost

Ainsi, pourquoi Yann Moix a-t-il été sélectionné par ce Système parmi plein d’autres écrivains ou artistes au talent sans doute équivalent : parce qu’il a plein de casseroles et que cela permet à des maîtres chanteurs de le tenir dans leur main. Botul Halleluïa Levoilà fut un des agents qui a pris en main le petit Faust parisien, sommé ou de n’être rien ou de faire un pacte avec ce Diable. Ce repenti, retourné et rempoté pour aller faire la retape, a probablement des casseroles sexuelles, c’est la base, c’est le moyen de chantage le plus évident, celui qui fédère la foule contre soi quel que soit le bord politique ou la religion, car certaines limites franchies touchent au bon sens et à la morale commune à tout être humain sain d’esprit. Mais je n’en sais pas plus, enfin, ça se chuchote et l’odieux hacker juif colon Ulcan, avait publié des vidéos où il parlait d’esclavage sexuel et de partouzes avec son ami d’alors, Paul-Eric Blanrue. Mais il y a aussi des choses plus politiques, voyons ça in media res avec Soral qui balance :

Et Blanrue qui confirme (à la fin de la vidéo remarquons la gêne de Yann Moix, dont on pourra admirer, à défaut de la verge qu’on imagine bien pendue, la verve et l’éloquence qui sont les siennes quand il n’a pas pu préparer son petit numéro…) :

Rappelons aussi que Moix signa la pétition contre la Loi Fabius-Gayssot, en 2010, lancée par son ex-ami de plan cul, mais retira sa signature lorsqu’il vit qu’il y avait à côté de la sienne celles de négationnistes de l’Holocauste. On peut ne pas être d’accord de tout, mais pas avec n’importe qui, donc.

Ce que Moix doit sauvegarder

Vous connaissez le nom de Yann Moix, même si vous n’avez lu aucun de ses livres ou vu aucun de ses deux films ? C’est que le pacte faustien a réussi. Moix a donc pignon sur rue, ses appuis lui ont fait gagné deux prix littéraires, le milieu crypto-intellectuel du kabbaliste et sayan Botul lui est ouvert, et c’est dans le giron de Laurent Ruquier qu’il évolue dans les media, sous la houlette de Catherine Barma et ses amis (le tout connecté à sa majesté Botulesque, je crois). Autant dire que l’ego et le portefeuille du frimeur de la phrase et coq qui écrit avec sa testostérone et un goût de la provoc’ sympathique quoique bien adolescent, se portent bien. Et s’il est pote avec l’homme à la chemise blanche et la gueule à la crème, ce sont aussi les crédits pour faire du cinéma qui lui sont assurés ! Surtout qu’il s’affiche désormais avec Jacques Attali et va à Calais mener un combat social1.

Mais tout ça est fragile :

Moix est donc, un « névrosé à qui on a donné une audience », la formule tape dans le mille, même si c’est aussi un écrivain avec du style, qu’il mettait au service d’un tape-à-l’œil vite ennuyeux, comme je l’avais éprouvé après avoir lu Partouz et Anissa Corto.2 Moix est apparemment un gamin battu qui a compris la vie assez vite : tu tapes ou tu es tapé, et pour éviter d’être tapé il faut être du côté des forts. Les forts en France, c’est Botul et la bande à  Talmud, alors il sera hyperbotule et tapera sur Miloud, c’est comme ça. Mais il comme il n’est pas très bon, il acceptera ses limites et attendra son heure sans tenter de prendre la place du chef de meute. Alors, certes, dans on On n’est pas couchés, il est capable de renvoyer chez lui un roquet sans coffre, Bénabar le chanteur qui n’aura laissé que « on s’en fout, on n’y va pas » à la chanson française3 :

Mais quand ce n’est pas un petit combat de seconde catégorie face à un chanteur sans pouvoir qui l’attend, quand il s’agit d’avoir face à soi la mafia politicienne du Système4 Moix se fait tout petit, tout léchouillant, tout gentil comme un jeune communiant qui n’ose pas dire non à son curé, tout flagorneur, tout mouillé, tout mielleux, tout pitoyable et capable de creuser un trou sous terre si ça lui permettait de lécher la semelle d’une ex-ministre, sous-Mitterrand qu’on applaudit parce qu’elle surécrit comme une lycéenne qui commence à savoir des mots et jouit à sa prose proute amphigourique, et qui finit par tancer le petit écolier pour sa plus grande humiliation5 :

Voilà donc le vrai visage du phraseur : un faible. Donc probablement un type qu’on peut aussi faire chanter avec des histoires qui dépassent celles accumulées avec Blanrue et ses positions historiques contrevenant la loi Fabius-Gayssot, car les faibles ont besoin de proies faciles ; et c’est pour cela qu’ils sont intéressants, on les fait tomber plus facilement, on leur fait peur avec plus d’efficacité, ils se mettent à vôtre service avec plus de zèle. Qui sait ce que la presse à scandale et les mafias ont sur lui6, qui peuvent ressortir dès que nécessaire ? Ceci expliquant pourquoi des gens objectivement moyens sont propulsés tout en haut sous les projecteurs, et pourquoi on sent une certaine gêne à constater le hiatus entre leur succès médiatique et leur valeur observable…

Comment Moix doit se racheter : la judeolâtrie

Dès lors, comme Moix est tenu par Botul, il doit passer à la casserole et délaisser Céline ou Charles Péguy, qu’il aimait beaucoup, pour citer avec ostentation l’obscur et abscons Emmanuel Lévinas, comme cela doit faire partie de son chemin initiatique, passant par de multiples humiliations7 :

Petit clin d’œil en passant sur cette vidéo, avec la présence d’un autre cocu du c-rachat, Manu le Palestinien, dont on reparlera, et donc un beau et muet duel de personnes qui doivent faire de la surenchère pour se racheter :

MANU le blanco (l’air sérieux)

C’est moi le plus juif, quand même !

MOIX la chemise blanclasse (vif et emporté)

Non c’est moi et je vais te piquer ta place, c’est Bernard-Henri qui me l’a dit pendant une partouz

MANU, plus moite que Moix (effrayé et trahi)

Non, c’est moi !

Ad lib.8

Puis, pour rester dans le jeu, la règle en France c’est de devenir plus sioniste que BHL, un ultrasioniste de nouveau converti :

Même s’il n’est pas toujours très prolixe :

Et il lui faut aussi aller, youpi !, au tapin de temps en temps, comme lorsqu’il doit défendre le coreligionnaire de Botul, Roman Polanski dans un ouvrage La meute (2010).

Comment Moix finira : dans le caniveau

Et comment finira Moix pour ses loyaux services ?

Peut-être que, s’il est toujours aussi docile et s’il porte toujours aussi bien sa kippa putassière9 et son képi de taupinette, on lui filera un rôle politique. Jacques Attali semble parti pour lui donner un petit rôle d’intellectuel engagé en faveur des hordes de clandestins venus crever de froid en France, après qu’Attali-Botul ont détruit leur pays via leurs marionnettes Sarkhollandesques, et engueulant l’agent de Rothschild10 pour qu’il accepte cette main d’œuvre pas chère que le MEDEF sera content d’engager pour fragiliser les Français et qu’ils se reproduisent ici pour que les pays se métissent pendant que la colonie juive en Palestine assure chez elle un nettoyage ethnique et une homogénéité raciale dont Hitler n’aurait pas osé rêvé. A voir. Après des Roselyne Bachelot, des Ségolène Royal, des François Bayrou, des Cahuzac, après, même, le fragile Macron qui est un miracle de la propagande sayane, pourquoi pas un Moix en politique ? Moix dans un gouvernement à côté de Schiappa, ça ne détone pas… On verra.

Mais s’il moufte, lorsqu’il ne servira plus la cause et qu’on décidera de sortir un dossier sur lui, il tombera probablement pour une affaire de mœurs. Le jeu du chat qui joue avec sa petite souris n’est pas rigolo s’il ne finit pas par la manger après lui avoir donné confiance. Il faut élever le petit gogoy très haut pour avoir le plaisir de le voir s’écraser comme une merde, avec d’autant plus de violence. Ainsi, il terminera alors sûrement aussi dévasté qu’un autre écrivain qu’on a médiatisé et vendu comme un bonne plume, alors qu’il n’est qu’un énième copieur d’écriture blanche post-existentialiste (Extension du domaine de la lutte), au service de la corruption des mœurs, de la pornographie publique, de l’« enculade généralisée », de la prostitution et du tourisme sexuel d’un côté (Plateforme), et du choc des civilisations, avec son anti-islamique Soumission11 de l’autre, bref le toutou qui remplit toutes les cases du parfait agent culturel, aux ordres probablement des mêmes : Michel Houellebecq.12

Une fois passé par la laideur du “côté obscur”, ça sera plus dur de baiser des Coréennes orphelines après ça, Moix ! Profite ! Les lâches et les pions ne font pas de vieux os. Bon courage à toi, petit coq de pacotille ; à voir si tu seras toujours du côté de ceux qui cognent (ou essayent de cogner).

Bonus

Lévinas c’est ça, pour ceux qui ne connaissent pas (et ils ne perdent rien, au contraire ils gagnent du temps) :

Quiconque lira du Charles Péguy après s’être essayé aux niaiseries emberlificotées de Lévinas, saura ce qu’est écrire. Pauvre Moixou, goy de foire et couillon du supermarché, c’est à en pleurer de rire : ton auteur pré-fé-ré ! Comme ils se sont bien foutus de ta gueule !

Photo d’entête : « Réappropriation… » par stephane

Publié le 24 novembre 2017. Mis à j. le 13 février 2018.

  1. Ou participer à une grande opération de mise en place des conditions de la guerre civile, stratégie du chaos. []
  2. Je me suis bien tenu à ne pas en lire d’autres : l’écriture de Moix c’est rigolo deux livres mais pas trois ! Il a peut-être eu des choses d’intéressantes à raconter depuis, tant pis pour moi. Je crois qu’il a parlé des terroristes, un peu, en faisant de la psychologie gérarmillienne, un peu de la daube, mais n’ai pas suivi et peut-être que c’était fin et profond, va savoir. []
  3. Et des bagarres avec un autre triste bonhomme de la chanson française, Benjamin Biolay, qui aura écrit « La ceinture », et deux, trois autres très bonnes chansons, lui. []
  4. Sur les petits opposants et les méchants publics, on peut se lâcher. []
  5. Encore que, sur l’énième stupidité de Hollande concernant la déchéance de nationalité, la madame n’avait pas tort. []
  6. Comme sur le plupart. []
  7. Officiellement et spirituellement, cela sert à se détacher de l’ego ; factuellement et politiquement ça sert à ridiculiser la personne et la fragiliser pour mieux la tenir… []
  8. Attention, il s’agit d’un petit morceau d’œuvre de fiction. On ne sait pas si les Lévy-Dombasle font des partouzs (kabbalistes) ou pas, dans la tradition frankiste. Est-ce que cela fait aussi partie de la récompense de sa soumission, avec un droit de cuissage sur la shiksa attitrée du Maître (celle qu’on voit dans un film de 1981, ci-dessous) lorsque tu as été bien docile ? 

    []

  9. Ça va, Yann, j’ai lu pendant des heures, dans Partouz, comment tu te branlais en pensant à telle ou telle, dans une abondance de détails et de considérations dont je n’avais que faire, j’ai lu tes expériences en clubs échangistes, certains passages étant comme des manuels pour savoir bien s’y comporter et baiser le plus efficacement en bon lapin, tu ne vas pas me dire que je suis grossier, et jouer maintenant à l’intello de mes couilles, parce qu’on t’a filé un rôle de commissaire politique au côté d’une gentille fifille puis d’une méchante fofolle dans une émission grand public. Je t’emmerde, quoi ! []
  10. Qui s’en fout car il sait très bien à quoi ils jouent l’un comme l’autre, et dans quel plan on les utilise chacun à leur place. []
  11. Qui, sous prétexte de dénoncer des Tariq Ramadan, nous vend surtout des « solutions israeliennes » façon Meyer Habib. Que les lecteurs de ce déchet humain en soient bien conscients, ce n’est pas du côté de l’Islam que la France est le plus en danger, mais des vrais dictateurs qui prendront le relais, après que les marionnettes Jacques Chirac, François Hollande et Nicolas Sarkozy, agents de la même soumission, leur auront préparé le terrain. C’est peut-être déjà Macron qui sera ce dirigeant totalitaire, puisqu’il est l’envoyé direct de la banque pour tenir le pays déjà tenu par sa dette ; ce sera peut-être son successeur, mais en tout cas, ce n’est pas un musulman qui tyrannisera le pays ! []
  12. Moix sachant écrire, cela dit, lui, pas comme l’autre ex-pitre de Jean-foutre. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *