Pour une fois qu’on sera d’accord avec le filousophiste Enthoven II 1,profitons-en, et voici ce que l’intellectuel de cour disait sur la victimisation, le 3 avril 2018 :

Louise Chen, dans les Inrocks du 7 janvier 2017

On ne sait pas si les « pleureuses politiques » de CRIJF ont apprécié ce billet d’humeur. Mais on imagine que ce que disait Enthoven II, ne concernait que les mauvaises victimes comme les noirs, les Arabes, voire les Asiatiques. Et ceux-ci d’habitude indifférents et parmi les derniers à aller vociférer aux côtés des sempiternels remueurs d’« heures les plus sombres », ici de l’humour, se sont aussi mis à chouiner de tous leurs yeux, via Louise Chen représentative d’on-ne-sait pas-qui dans les Inrocks, quand un sketch joué par des acteurs qui ne sont pas de leur couleur ou de leur communauté, deux juifs en l’occurence ici, passe à la télévision et qu’ils estiment insultants :

Quoiqu’on pense du sketch, il y a donc quelque chose qui s’est cassé au royaume de France, pour que la contestation du droit à rire s’étende jusqu’aux plus calmes. Certes, sans doute les gens en ont marre du deux poids deux mesures et de la victimisation à outrance de certains avec l’appui logistique des media :

Certes encore, le derniers qui ont représentés des juifs orthodoxes et n’avaient pas compris l’interdit de se moquer d’eux se sont fait descendre par des pseudo-djihadistes ou djihadistes marionnettes, et ont dû supporter de voir Benjamin Netanyahou venir fêter l’événement, en 2015, à Paris, lui qui a pu en remettre une couche dans sa propagande anti-musulmane, à la faveur de stratégie coloniale. Mais ne cédons pas à la peur ni aux arguties. Car les charlitans justifieront ce statut de vaches sacrées des Victimes Absolues, l’Humanité Elue en ligne directe par Yahvé2, car les Juifs, eux, et le grand-père de Frédéric Haziza, ont soufferts plus que les autres !

Mais nous qui ne tombons pas dans ces délires et qui sommes immunisés par les rayons paralysants du chantage au racisme, nous remarquons qu’une fois qu’ils ont ouvert la boite de la Pandore de la complainte, notamment avec leur religion shoatique privée de tout blasphème par des lois mémorielles ad-hoc, ils nivellent tout le monde par le bas et on risque d’arriver à une véritable compétition, même si les nouveaux candidats savent que les Juifs ont 70 ans d’avance. Mais enfin, dans un système pourri, tout le monde veut gagner son pardon officiel prononcé par un politilarbin, sa reconnaissance, ses films larmoyants, ses subventions, ses compensations monétaires, et le financement de son pays-voyou de cœur. On va donc, au train où vont les choses, et les Juifs y travaillent librement, vers un véritable championnat de la victimisation, comme l’avait imaginé Dieudonné en 2012 :

Et tout ça, cumulé au contrôle omniprésent et aux réseaux censeurs, nous emmène vers une société déprimante, pleine de rancunes et de non-dits, alors qu’il vaut mieux rire de tout, avec tout le monde et de vite faire machine -arrière dans ces folies. Voire, nous avons besoin de rire pour faire société, et nous empêcher de le faire au nom d’une fantasmagorique “haine”, c’est détruire tout vivre-ensemble. Croire lisser toute aspérité dans la société, ne fait que créer la frustration qui conduit à produire une énorme arme de destruction passive de notre société. Laissez-nous donc rire, laissez-passer, sire ! Et que les juges arrêtent de juger recevables les pleurnichages des uns et des autres.

Aussi, pour éviter tout arbitraire propice à la concurrence et au ressentiment, libérons totalement la parole autrement que pour des entreprises de délations féministes. Ouvrons les vannes du rire et que la loi et les juges proposent à tout ce qui n’aiment pas tel ou tel sketch, d’aller se faire rire ailleurs !

A lire sur le sujet

Photo d’entête : “Palhaços” par Universo Produção.

  1. Ce qui ne l’a pas empêché d’aller chialer/parader sur dans les media lorsqu’Enthoven III s’est fait molester par des idiots qu’il était allé cherché, sous prétexte de dialogue, mais en espérant avec une impatience goulue qu’on tape sur sa joue offerte, afin d’aller se faire un prénom.
  2. Et passe son temps à regretter son choix puisqu’il veut les détruire et les punir sans cesse. Pourquoi n’a-t-il pas choisi les Mapuche comme Peuple pasteur, on serait peut-être plus tranquilles. Dieu sélectif, injuste, incompétent, il est bizarre le dieu tribal des juifs, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *