Le république est née d’un coup d’Etat en 1789, la vérité de la république c’est l’échec des assignats, la violence, les délires mondialistes, la Terreur et la mise en place d’un roi franc-maçon, positiviste et anticatholique : Napoléon Bonaparte.

Certes, Manu le minable n’est pas Napoléon (ou l’humanité a largement perdu en qualité), mais la république, qui a besoin de muter en techno-fascisme mondial (le but ultime du positivisme saint-simonien et comtien) pour arriver à son stade ultime de communisme élitaire contrôlé par les banques et a besoin de chocs pour se mettre en place, accélère sa mutation en 2020. Après avoir emmené les jeunes stupides – les gardes verts – dans un projet commun mondial visant à sauver la Terre du réchauffement climatique de nature anthropique depuis les années 1960, on va donc détruire l’économie (déjà foutue depuis 2008) pour la réinitialiser, et on va maintenir tout le monde dans la peur et les réactions émotionnelles pour créer toutes les lois liberticides sans que personne ne bronche.

Les meurtres de quelques contributeurs de Charlie Hebdo était donc un épisode des plus troubles qui a servi à lancer les prémices de la guerre civile, pendant que les cités populaires étaient délaissées et ne servent que de dépotoirs où on va chercher des voix avant chaque élection pour les socialistes ou un réservoir de rancunes et fabuleux leviers pour une guerre civile.

Samuel Paty a juste fait les frais du plan, qui avait besoin de martyrs pour créer une grand bouillon de minutes de la haine, de consensus émotionnel propice à toutes les répressions… La république a soif de sang, la république est cannibale, la république doit grossir pour devenir enfin mondiale : c’est leur projet de guerre contre les peuples.

Ils n’ont rien caché, en plus… pour qui a des yeux pour voir

Photo d’entête : « Rassemblement après le meurtre de Samuel Paty » par Jeanne Menjoulet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.