Le clip de “Speak to the Wild”, de Thurston Moore

Speak to the Wild

J’avoue que voici un clip dont j’aimerais bien avoir l’éclairage d’Alexandre Lebreton, puisqu’on y voit un petit enfant noir (ou métisse) être emmené par une dame blanche dans une forêt, un étrange personnage cagoulé et au visage noir qui creuse un trou devant deux créatures cagoulées (et qui semble ne pas prendre du plaisir à faire cela, comme s’il y était obligé), une main sortie de nulle part (probablement du précédent personnage) qui ouvre un œil de cette femme alors que le petit enfant est parti seul dans la forêt angoissante pendant qu’elle dormait. La femme allongée se réveille et a la paume de la main droite dorée (qu’elle semble n’avoir que lorsqu’elle est réveillée par le symbole magique de la main), des hommes en cagoule pointue et deux créatures habillées de blanc et noir, avec un cercle sur le torse, qui finisse par s’être mélangés. Une étrange baie rouge qui semble jouer un rôle dans l’histoire, qui est mangée à la fin et que le petit garçon trouve dans l’eau. Bref, ce clip monte le meurtre sacrificiel d’un enfant évité de justesse, pour quelque procédé alchimique, comme si le corps de l’enfant devait servir à créer de l’or ou quelque chose comme ça.

De plus, après avoir montré l’histoire dans le sens chronologique, le clip est remontré à l’envers jusqu’au moment de l’éveil de la femme par la main noire (qui ne lui cache qu’un œil) quand elle a la paume dorée.

Je ne comprends pas du tout la signification de ce clip…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *