Le sujet de la réforme institutionnelle va bientôt arriver au premier plan des préoccupations en raison de la convergence des quatre évènements suivants :

1°) La corruption de l’intégralité du système politique devient de plus en plus apparente ; ce qui laisse entrevoir une vérité cachée de longue date : l’absence d’équilibre des pouvoirs, la prétendue séparation des pouvoirs n’existe pas… de longue date.

2°) Les effets économiques du confinement vont devenir concrets à partir de cet automne : très nombreuses faillites d’entreprises, grandes banques en faillite… Concentration bancaire préalable à la redéfinition de l’euro (dollar américain et livre sterling devant vraisemblablement fusionner : vers un « apero » ou un « améro » ?) : multiplication des monnaies transnationales (dont notamment le nouveau Eco africain) serviront de base à la future monnaie mondiale, le fameux Phénix du magazine « The Economist », sous forme de panier de monnaies (DTS) gérés par le FMI et la Banque mondiale. L’anéantissement des économies justifiera une remise à zéro (un Reset) des monnaies.

3°) La vaccination obligatoire risque d’être mise en œuvre dans le contexte où les pouvoirs publics interdisent les traitements susceptibles de soigner le Covid-19 (Covid-20 ?) : Chloroquine et hydroxychloroquine (Plaquenil en vente libre jusqu’en janvier 2020 puis brutalement classée substance vénéneuse) + interdiction aux médecins de prescrire l’azithromycine. Cette vaccination obligatoire sera le moyen : – De mettre en scène un traçage numérique homogène des populations et – De mettre en œuvre le brevet déposé par Microsoft en juin 2019 consistant à lier l’affectation de la monnaie dématérialisée (le minage de monnaie) à une activité corporelle prédéterminée.

4°) La banque de France, comme la banque d’Italie et après la banque de Suède lance une cryptomonnaie d’Etat. Si les suédois avaient politiquement (par référendum) refusé leur participation à l’euro, gageons que la cryptomonnaie suédoise entrera prochainement soit dans l’e-euro soit dans « l’améro-apero », sans que l’avis des suédois ne soit requis (Banque de France lance le e-euro (de la même façon que l’a-France a ratifié le Traité de Lisbonne alors que les français avaient refusé la Constitution européenne) :

En définitive, toute cette tragicomédie de pandémie aura pour effet – et c’était sans doute son objet depuis le début – l’anéantissement des économies, préalable indispensable au grand Reset monétaire voulu par les globalistes dans le cadre du Phénix. Cette nouvelle monnaie internationale, qui circulera de façon dématérialisée, appelé DTS, n’est autre que le Bancor ressuscité (gouvernement mondial) ; elle sera composée d’un panier de monnaies elles-mêmes dématérialisées.

Le nouvel « Eco », déjà baptisé « Eco-CFR » est une autre monnaie qui entrera dans le panier de monnaies sur lequel sera fondée la monnaie mondiale. Ajoutons que le maillage du monde par des monnaies numériques nécessite de gros investissements numériques au niveau mondial, d’où la récente décision des Etats de mettre rapidement en œuvre la technologie 5 G. En conclusion, l’heure du « Grand Reset » et celui des choix a sonné : soit les peuples continuent de se laisser manipuler, et leur disparition est dores et déjà programmé, soit les peuples mettent en œuvre leur propre « réinitialisation » monétaire, politique et sociétal, ce qui suppose d’avoir un projet concurrent à celui de l’oligarchie et d’être suffisamment organisé pour imposer ce nouveau modèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *