En attendant de plus amples développements, puisque le sujet est intéressant, une recension de Michel Drac d’un livre nord-américain.

The Fourth Turning – W. Strauss & N. Houve

A la fin de sa recension, lorsqu’il applique la notion de génération à la France, Michel Drac distingue quatre générations (ou six si on distingue la génération 1954-1978 en trois sous-générations) en vie actuellement :

NomsDates de naissanceExplication
1.Les « silencieux » ou les « paumés »1944-1953Les gens qui ont connu la Seconde Guerre Mondiale et ne savent pas dans quel monde ils vivent actuellement
2.Les « boomers » ou les planqués »1954-1962Les gens qui ont connu les Trente Glorieuses et sont devenus des vrais connards
3.Les « boom-X »1963-1975Les gens rentrés sur le marché du travail après le tournant de la rigueur de 1983
4.Les « enfoirés »1975-1978 ?
5.Les « baisés »1979-1995Les gens qui sont nés avec le sida, la crise économique post-1973 et le chômage de masse, mais qui ont encore connu le monde sans Internet ; des gens narcissiques, instables
6.Les « débiles »1996-Les gens nés avec Internet, le téléphone portable et le numérique partout

A lire aussi

  • Le problème des générations [1928] de Karl Mannheim

Réflexions sur Blandine et le Covid-19

Blandine est née en 1950.

En 1968, Blandine baisait, fumait des joints et citait Mao.

En 1980, Blandine, qui n’a pas eu de mal à trouver du travail, est devenue une bonne américaine en France, elle emmenait ses enfants de la partouze – en grosse voiture – au cinéma et au McDonald, en passant le reste de ses soirées devant la télévision. Elle a voté Mitterrand, évidemment, parce qu’elle est gentille. En 1995, Blandine épargnait et jouait à la bourse en balançant quelques clichés pipotoires sur l’économie du numérique. En 2001, Blandine a eu peur des terroristes, elle a aimé qu’on fasse la guerre pour exporter la démocratie dans le monde arabe.

En 2020, Blandine a 70 ans, elle a voté Macron (parce que Marine Le Pen est fasciste – et encore plus nulle que le banquier), qui lui promettait de défendre ses retraites (Blandine est une conne et bientôt une cocue) et a peur de mourir du Covid. Blandine, qui a bien vécu et a plus de temps derrière que devant elle, veut qu’on la protège, quitte à foutre le pays en l’air en instaurant un techno-totalitarisme que cette vieille Mao de mes deux devenue national-sioniste1 par intérêt, toujours branchée comme une vieille décérébrée devant son téléviseur et apeurée, applaudit. Blandine se fiche des 1500 ans d’Histoire de son pays qu’elle est en train de foutre en l’air en 50 ans (Blandine est de toute façon plus nord-américaine que Française après avoir été Chinoise) et de l’avenir des enfants, qu’elle fait masquer avec une docilité de trouillarde méprisable.

Blandine est vraiment une sale conne – il serait temps qu’elle crève.
Heureusement, pour ne pas payer la suite de sa retraite, son gentil gouvernement républicain va faire passer une loi pour l’euthanasier.

Photo d’entête : “Generations” par Michael Lamberty.

Note

  1. Le néo-conservatisme européen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.