Ce billet sur le meurtre des fidèles de l’Ordre du Temple Solaire est divisé en deux parties, avec d’abord deux reportages sur le sujet et un entretien qu l’aborde longuement, puis dans un second temps une rapide tentative de synthèse des éléments apportés par ces différents documents.

Trois vidéos sur la mort des membres de l’Ordre du Temple Solaire et ses nombreuses zones d’ombre

Les mystères sanglants de l’OTS, par Yves Boisset (2005)

En 2005, Yves Boisset revient sur l’affaire et pointe quelques zones d’ombres :

Le dernier secret de l’Ordre du Temple Solaire, par Karl Zéro (2007)

Cette dernière vidéo rajoute trois éléments intéressants :

  • l’association (ponctuelle) de la secte avec Jacques Breyer dont le livre Vaincre la seconde mort était « le livre de chevet de la secte » (51:00)
  • le fait que Jacques Breyer avait été un des créateurs de la loge maçonnique Opera, à laquelle avait appartenu Luc Jouret (50:00)
  • le fait que l’avocat d’Alain Vuarnet, Alain Leclerc, a été membre de la loge Opera et a défendu la veuve de Jacques Breyer, en 1997.

Christian Cotten à Meta TV (2017)

Allons encore plus loin avec un entretien de Christian Cotten, réalisé par Tepa et diffusé en décembre 2017, au sujet de quelques affaires : les faux suicides (Pierre Bérégovoy, Robert Boulin), les affaires de pédo-criminalités et surtout sur les sectes en général et l’Ordre du Temple Solaire en en particulier avec les massacres des membres de la secte en 1994, 1995 et 1997.1  :

D’après Christian Cotten et les deux autres reportages, l’affaire de l’Ordre du Temple Solaire, croise donc celles de

…toutes se mêlant (c’est comme ça qu’on maquille le tout), et tout gravitant autour du réseau Pasqua-RPR ou affiliés (Radicaux valoisiens, droite identitaire, libérale, extrême).2

Tentative de synthèse

Ce que je comprends l’affaire en substance, les officines illégales d’un des grands partis de gouvernement français, ont fouillé dans les réseaux ésotériques franc-maçons et ont mis en relation un médecin alternatif sans grand succès mais fort d’un grand charisme, avec un autre petit escroc proche tant de ces milieux ésotériques que des milieux politiques, pour qu’ils créent une secte-écran dans le but d’amasser beaucoup d’argent et de blanchir de l’argent via des montages immobiliers. L’affaire dans le sac (et dans le SAC), les deux gourous prennent leur part du magot en en profitant allègrement en se rémunérant en femmes, restaurants, voyages et autres plaisirs terrestres. M. Charles Pasqua et Didier Schuller sont alors contents, jusqu’à ce que la manipulation s’essouffle et que les fidèles menacent de vouloir reprendre leur argent. Sans doute aussi que certains en savaient beaucoup trop sur les transferts d’argent et devenaient des témoins gênants. Du coup, tout le groupe, infiltré par la police sans doute pour le surveiller, est assassiné à trois endroits différents sur quatre ans. Les gourous, pions qui se croyaient plus malins que la base mais qui n’étaient pas assez haut dans la pyramide pour échapper, sont envoyés de balles dans la tête en transit vers Sirius. Mais deux policiers aussi, ce qui est étrange : pourquoi les a-t-on sacrifiés ? Parce qu’eux aussi en savaient trop et qu’on ne pouvait plus les utiliser à d’autres affaires ? Echappe aussi un troisième gourou qui n’avait été convié à aucun des massacres, comme les autres, Maurice Tabachnik.3

Copie d’écran d’un reportage pour l’émission Secrets d’actualité, diffusé le 12.06.2005 sur M6, 33:45

Or, ce dernier est fils d’un juif mystique converti au Christianisme, et qui a hérité de la bibliothèque de son père. Il a produit des écrits, « les Archées », qui ont servi, apparemment, de textes fondateurs de l’ordre, lui-même organisé en grades et loges, comme la Franc-Maçonnerie. Pour le peu qu’on en voit dans les reportages4 ses écrits paraissent totalement empreints de la Kabbale… Tabachnik prétend avoir écrit ses textes à la mort de son père, un peu dans la chaleur de l’émotion. Tout au long de son procès, sa défense change, et il parait mentir avec une chutzpah de bon niveau, changeant de position dès que son mensonge précédent est envoyé sans transition dans l’Enfer de la logique et de la vérité. Il est quand même compliqué d’écrire en suivant la Kabbale si on n’est pas formé à la mystique juive depuis un moment. Et tout ça est quand même assez signé, on n’est pas dans le cadre d’une interprétation johannique de la Bible, mais quand même bien dans l’Ancien Testament ou la Torah et l’Apocalypse de Jean, qui n’est pas très chrétienne mais plutôt une rechute dans le judaïsme.

Copie d’écran des “Mystères sanglants de l’OTS” (France 2, 02.02.2006), 09:04

Quelque chose à voir le Frankisme du XVIIIème siècle qui aurait perduré dans des réseaux néo-marranes ? Ou était-il l’idiot utile des réseaux Pasqua qui ne savait rien de la partie “politique” et qui devait survivre pour que l’opinion publique ait un bouc émissaire, comme il le prétend dans son livre justificatif de 1997 ? Toujours est-il que couverte par d’autres réseaux politico-ésotériques de plus grande ampleur, l’enquête est sabordée, bâclée et l’attention des gens renvoyée à d’autres choses.

Puis, des questions se posent. Après la découverte des premiers cadavres en Suisse, en 1994, on sent la protection d’une organisation profonde qui sabote l’enquête pour que la thèse du suicide collectif s’impose. Un point que je ne comprends pas est que si les gourous sont morts en 1994 à Salvan, qu’en est-il de la direction de la secte pendant un peu moins de trois ans ? Qui la dirige ? Tabachnik ?

Où est passé l’argent et les sommes colossales amassées par les deux escrocs initiaux de leur vivant ? Est-ce Tabachnik qui l’a pris ? Le RPR qui a tout raflé ? Ce sont-ils partagé le gâteau ? D’autres se sont-ils servis dans un subtil montage ?

Toujours est-il qu’au final de l’histoire, sont morts les couillons arnaqués qui n’ont pas trouvé dans le Christianisme la transcendance et les réponses qu’ils cherchaient, les petits escrocs pris dans une organisation qui les dépassait et les policiers infiltrés. Le chef mafieux/ministre de l’Intérieur Pasqua s’en est tiré, le bourgeois juif Schuller a fait un an de prison mais s’en est globalement bien sorti malgré l’importance de sa participation à des manigances des plus douteuses, et le kaballiste, talmudo, franko, artisto on ne sait pas quoi Tabachnik a été acquitté. Comme d’habitude.

A lire sur le sujet

Photo d’entête : “Crime Scene Lyrics” par James Butler.

Notes

  1. A noter, un intéressant point que Cotten ne continue pas car hors sujet, qui concerne les laboratoires pharmaceutiques et la chasse aux sectes, ceux-ci chassant celles-là parce qu’elles concentrent des gens qui sont à la recherche d’autre chose et sont souvent contre la médecine chimique et vénéneuse qu’ils nous vendent. L’autre piste expliquant l’acharnement contre les sectes, celle de la volonté des sectes qui ont réussi de protéger leur oligopole parait cependant plus crédible, quoique l’une et l’autre ne soient pas incompatibles.
  2. Il y a un point intéressant, aussi, sur la façon de contrôler des politiques par le chantage à la révélation d’adultère et de leur homosexualité (obsolète vu le changement des mœurs), remplacé par le meurtre, la prédation sexuelle et la pédophilie, qui sont les ingrédients des réseaux criminels du pouvoir profond.
  3. Jacques Breyer ayant joué un rôle apparemment lointain, probable “consultant technique” des apprentis-gourous du groupe OTS, à qui il allait filer un coup de main.
  4. Et je ne sais pas où on peut me procurer une copie des écrits ésotériques de Takabbalchnik… pardon, elle était facile, mais à bon entendeur si quelqu’un sait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *