Affaire Dreyfus – 2ème volet : lobby juif vs. femmes françaises (blanches et non-juives ?)

Il y avait la bataille d’Hernani voici que la bataille des César 2020, qui devient ce qu’il devait être par ses promoteurs, le deuxième volet de l’affaire Dreyfus. Cette bataille, qui dépasse désormais l’esbroufe du féminisme culturalo-mondain ou manipulé à la Femen1, comme un communautarisme mis en avant par la société du spectacle, et qui touche désormais au sérieux, voit s’opposer des femmes qui en ont marre de l’impunité juive et de la pleurniche qui manie comme personne l’inversion accusatoire ; et qui se rebellent. Enfin, aux moins les blanches, puisqu’on a vu avec Aïssa Maïga que, peut-être, les noires lâcheraient les blanches pour piquer leur place dans le cinéma sioniste francophone, et, avec le silence des actrices juives, que ces dernières adopteraient sans doute une logique tribale plus que de genre.

Alain Soral parlait de la façon dont fonctionnent les coulisses du cinéma en France occupée, quand il évoquait sa sœur un moment envoyée comme une petite kapo contre lui2, et comment les femmes qui veulent réussir dans le métier d’actrice doivent être des putes à Juifs.

Avec la révolte des femmes françaises (blanches) du cinéma, on ne dit donc désormais plus qu’il y a une « couille dans le potage », mais qu’il y a « un ovaire dans l’ex-putaj’ ».

La 45ème cérémonie des César, fut un tournant mais il y avait des prémisses avant cette nuit, preuve que ça allait exploser un jour, quand même l’ignoble Marlène Schiappa et manipulatrice d’Etat bossant pour l’agenda gnostique des franc-maçons, avait dû choisir un peu son camp chez les misérables marionnettes du séfarade de combat, Hanouna…

Schiappa chez Hanouna

…Blanche Gardin avait aussi allumé une mèche aux Molières 2019 :

Blanche Gardin se moque tacitement de Roman Polanski

La polémique néo-shoatique attendue est lancée

Et donc voilà, l’opération de communication est lancée. Qui revient à dire que dénoncer des Juifs qui abusent de leur statut professionnel cumulé à leur caractère de vache sacrée pour se taper des femmes, ou les violer, c’est ouvrir des chambres à gaz, renoircir les heures les plus sombres de l’Histoire et se parfumer à la fleur d’années 1930. Florilège en vidéo.

Lambert Wilson, ce De Gaulle…
La vérité s’il défend bien son cousin !
F. Beigbeder s’oppose au « rire dictatorial » et a bien compris ce qu’est le deuxième volet de l’affaire…

Voyons ce qu’en dit un néo-conservateur bien connu :

[…A] la soirée des César 2020, j’ai eu le sentiment de vivre en direct le premier pogrom « féministe » de la France d’après-guerre. […] Florence Foresti, animatrice de la soirée, égrène les patronymes de prédateurs sexuels connus, DSK, Epstein, Weinstein avec une allusion à Patrick Bruel en omettant curieusement celui de Tariq Ramadan. Adèle Haenel et Céline Sciamma, dépitées, se lèvent à l’annonce du prix du meilleur réalisateur gagné par Polanski et crient leur honte de la cérémonie. Alors que des manifestantes s’insurgent en dehors de la salle Pleyel, on a vu en quelques heures se succéder une série de symptômes qui rappelaient étrangement la France des années 30, mais avec des acteurs nouveaux. Polanski est d’abord le nom d’une haine de l’homme « blanc, vieux, hétérosexuel, andro centré » pour reprendre les mots d’Adèle Haenel dans une interview au New York Times. Mais au cours de la soirée, cette allergie au mâle blanc s’est muée soudain en catalogue new-look de l’antisémitisme d’hier.

Voilà que l’Affaire Dreyfus fait un retour inopiné en 20203 : les anti-dreyfusards de la fin du XIXe siècle ont trouvé chez nos passionarias des héritières inattendues. Qui est désormais le bouc émissaire (…) : un petit juif polonais, citoyen français, qui a échappé à toutes les persécutions, celles des nazis, des staliniens, de la droite morale américaine après l’assassinat de son épouse Sharon Tate mais qui pourrait bien succomber à la vindicte de « féministes » qu’il faudrait appeler plutôt des purificatrices médiévales.4 […]

« Violeur on te voit, victime on te croit », criaient les protestataires vendredi soir. Les plus radicales hurlaient : « Le kérosène, c’est pas pour les avions, c’est pour brûler violeurs et assassins. » Voici revenue la grande ombre du bûcher qui servait dans l’Europe médiévale à brûler les sorcières, les hérétiques, les Vaudois ou les Cathares, les Maures dans l’Espagne de la Reconquista, les Réformés à partir du XVIe et, bien entendu, les Juifs, à toutes les époques. Des Terriennes, membres d’un groupuscule, ont tweeté, en réaction aux gaz lacrymogènes des policiers : « C’est Polanski qu’il faut gazer. » Ah que ce retour du refoulé est aimable ! Comment se fait-il qu’une certaine extrême gauche d’aujourd’hui ressemble tellement à une certaine extrême droite d’autrefois ? L’historien Léon Poliakov l’avait bien établi : dès qu’une société se fracture en Occident, c’est autour de la figure du Juif maudit qu’elle se ressoude. […] Il faut dans cette attitude faire la part du conformisme : comme l’a bien établi René Girard, si vous ne voulez pas être crucifié, vous devez participer vous-même à la crucifixion.5

On le sait, Roman Polanski [… a acquitté sa dette]. Mais l’affaire Polanski ne fait que commencer : une série d’accusations tombe en rafales [qui sont douteuses]. Ce n’est pas seulement le droit de Roman Polanski à une défense argumentée qu’il faut défendre, c’est l’existence d’une justice démocratique qui ne dépende pas du tribunal de l’opinion, lequel transforme la foule en meute. Il a fallu tant de siècles, depuis l’Ancien régime, pour instaurer les garanties d’un procès équitable, installer la séparation des pouvoirs et construire un État de droit. Mais nos enragées balayent ces acquis. Foin des procédures complexes, des contre-interrogatoires, du travail des avocats, de la délibération des juges. La justice est lente, imparfaite ; le lynchage restera toujours l’arme favorite des impatients. Si une femme pointe un doigt vengeur sur un homme, surtout s’il est blanc, le voilà immédiatement incriminé.6

Le réalisateur Ladj Ly a été condamné à 3 ans de prison pour violences et voies de fait, dont un avec sursis : malgré quelques proclamations insultantes vis-à-vis de la féministe Zineb El Rhazoui, on estime à juste titre qu’il a payé sa dette à la société et que la récompense des Misérables est méritée. Ladj Ly est un jeune de banlieue, musulman et « racisé » selon la novlangue actuelle. Polanski, lui, n’a droit à aucune indulgence. Rien n’apaisera jamais son crime : celui d’être ce qu’il est, un homme blanc, hétérosexuel, vieux… et juif.7

Pascal Bruckner, « De quoi Roman Polanski est-il le nom ? », Le Point, le 05/03/2020 à 20:30

Et puis, la dénonciation du petit séfarade grotesque de C8 :

Le petit délateur juif préféré des cons, payé 250 millions pour 5 ans sur C8, balance le salaire de Florence Foresti pour la cérémonie des César 2020

Prises de recul

Egalité et Réconciliation

M. K et Pierre de Brague dans ONLI #25
Alain Soral dans “Pourquoi tant de haine ”? #21

ADBK

A lire aussi : « Féminisme contre sionisme : la guerre est déclarée ! », sur Égalité et Réconciliation, 06/03/2020

Et nous aussi amusons-nous à regarder qui défend Polanski et qui condamne sa nomination et son prix :

AccusentDéfendent
FemmesHommesFemmesHommes
Non-juifs Virginie Despentes, Florence Foresti, Blanche Gardin, Adèle Haenel, Françoise Laborde, Marlène Schiappa (Jean-Pierre Darroussin8), Alain SoralFanny Ardant, Juliette Binoche, Catherine Deneuve, Nadine Trintignant9Frédéric Beigbeider, Pascal Bruckner, Olivier Carbone, Stéphane Guillon, Yann Moix, Eric Naulleau, Lambert Wilson
JuifsAnne RoumanoffNathalie Lévy10, Elisabeth LévyRichard Anconina, Raphaël Enthoven, Alain Finkielkraut, André Glucksmann, Cyril Hanouna, Bernard-Henry-Lévy

A voir : Yael Mellul,

Si on s’amuse à recouper avec le tableau de ce qui défendaient les gilets jaunes, on aurait une bonne idée du Pouvoir en France et de comment il se structure.

Photo d’entête : « Manif 8 mars 2020 à Paris » par Jeanne Menjoulet

Notes

  1. Le sextrémisme ou ces sottes envoyées pour défendre des positions délirantes et diviser le peuples en de multiples sous-catégories antagonistes qui n’ont pas le temps de s’en prendre aux vrais dominateurs.
  2. sans succès apparemment, ils l’ont abandonné une fois service rendu, la pauvre… Enfin, je n’en sais rien, si ça trouve elle a sa série alacon sur une chaîne alacon de la TNT…
  3. Je ne crois pas cet homme assez imbécile pour croire que ce deuxième volet n’avait pas été prévu, lancé, accompagné, orchestré par un lobby pour produire des manifestations de colère que les associations tribales pourraient compter dans leur hausse sans précédent de l’antisémitisme de l’année, permettre la 45987ème dénonciation du 235ème nouvel antisémitisme (seuls les champignons n’ont pas été pris dans le « nouvel antisémitisme », mais qu’ils se tiennent à carreau) et obtenir au dîner du Crif, une nouveau degré de protection communautaire – escorte pour tous ? assimilation à de l’antisémitisme pour toute absence de glorification de la colonie raciste installée en Palestine sur la base d’un vieux texte pourri où les mecs s’attribuent l’élection divine collective ? – d’une république qui est déjà à leurs pieds.
  4. Notez bien que c’est toujours la même rhétorique : il a échappé à Auschwitz donc il a le droit d’être un porc ; les Juifs ont soufferts pendant le régime nazi, donc ils ont le droit de se comporter en nazis eux-mêmes… C’est Norman Finkelstein qui a bien raison : c’est parce qu’ils ont été des victimes, qu’ils devraient se comporter de manière exemplaires et de ne pas reproduire le schéma. Mais le racisme et la croyance en sa propre élection rend fou…
  5. Mais Jésus n’a jamais violé personne, monsieur ! Intéressant de voir comment l’intellectuel cacochyme fait d’un violeur juif un messie mort pour nos péchés…
  6. Certes, mais ce qui énerve sourdement les femmes, ce n’est pas Polanski, c’est que le lobby, via les producteurs et l’industrie du mensonge à 24 images par seconde, leur ait collé ce type-là, sur ce sujet-là, coup de force qu’elles comprennent très bien, et qu’elles se savent attaquées autant comme femmes et Françaises par des Juifs qui se veulent au-dessus des autres par une victimisation de mauvaise foi et veulent imposer leur volonté.
  7. Parallèle intéressant. La différence avec ce monsieur, qui réalise un film tout autant anti-français, quelque part, c’est que personne n’a l’impression – à tort ou à raison – que son film est imposé et orchestré par un lobby.
  8. Un grand rétropédalage, cependant.
  9. Bertrand Cantat aurait été juif, il aurait pu tabasser sa fille et la tuer involontairement sans souci, d’après l’affreux crapaud aux lèvres dégueulasses…
  10. Journaliste d’Europe 1.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *