Réédition de L’éthique de la liberté de Murray Rothbard

La réédition de L’éthique de la liberté de Murray Rothbard (1926-1995), est publiée dans la collection de la Bibliothèque classique de la liberté des Belles lettres, depuis le 20 mars 2011.

L'éthique de la liberté
L’éthique de la liberté aux Belles lettres

Si par rapport à l’édition de 1991 la traduction de François Guillaumat et Pierre Lemieux reste inchangée, la version 2011 contient une préface inédite de Jérémie T. A. Rostan, agrégé de philosophie dont on peut lire le blog1 ainsi que ses articles publiés par le Mises Institute et Le québécois libre.

The Ethics of Liberty, titre original de l’ouvrage, fut publié initialement en 1982, soit vingt ans après Man, Economy, and State, le premier grand texte de l’émule de Ludwig von Mises. Dans ce nouvel opus, il part d’une « robinsonnade » et radicalise le libertarianisme en prônant une liberté individuelle maximale, l’État zéro et une société totalement privatisée fondée sur l’échange volontaire et le capitalisme de laissez-faire (position anarcho-capitaliste), eux-mêmes légitimés par une réinterprétation rationaliste rigoureuse de la tradition du droit naturel, du droit de propriété et de la morale qui en découle.

La lecture de cet ouvrage offre un excellent aperçu des positions éthiques et économiques de la pensée libertarienne.

On peut aussi lire une interview de Jérémie Rostan sur le site de l’Institut Coppet, suite à sa préface de L’éthique de la liberté.

M. à j. le 02/06/2011

  1. En suivant le lien ci-dessus []

Publié par

Santiago Pinault

Après avoir validé une maîtrise de philosophie à l'Université de Franche-Comté, finalisé avec un mémoire qui concernait « Le criticisme de F.A. Hayek à l'aune du projet The Abuse and Decline of Reason (1935-1952) », sous la direction de F. Brahami, j'ai suivi un Master Recherche de philosophie économique, diplôme proposé conjointement par ce qui était alors l'Université de Provence (sciences humaines) et l'Université Paul Cézanne (droit, économie et gestion) avant la fusion des trois universités des Bouches-du-Rhône. Mon mémoire de master, sous la direction de G. Campagnolo et J. Magnan de Bornier, portait sur Friedrich Hayek et Karl Polanyi et s'intitulait « Un essai d’étude de l’épistémè moderne à partir des perspectives croisées de F. A. Hayek et K. Polanyi ». Outre un passage par la Chine dans le cadre du projet européen LIBEAC, je termine désormais une thèse de philosophie sur Karl Polanyi, à l'Université d'Aix-Marseille (AMU), me servant de la richesse documentaire des archives numérisées et publiées sur Internet, en 2014, par l'Institut Karl Polanyi, pour proposer une lecture non-idéologique de l’œuvre de l'auteur. Je suis aussi membre du réseau philo-eco et de la Society for the Development of Austrian Economics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *