Friedrich Hayek sur Contrepoints

Publié par l’association liberaux.org, le webzine Contrepoints connait une belle ascension parmi ses concurrents francophones grâce à une gestion entreprenante d’un noyau dur de quelques individus ayant décidés d’en faire un média d’une certaine importance. Mêlant articles de fond et billets d’humeur à orientation franchement libérale, textes de grands auteurs ou plumes acerbes d’éditorialistes anonymes, on peut signaler quelques billets intéressants sur Friedrich Hayek :

Bonne lecture !

Deux questions concernant Hayek en 1973

J’ai deux questions que je lance sur Internet comme deux bouteilles à la mer…

Tout d’abord concernant la sortie du premier volume (de la première partie) de Droit, législation et liberté, « Règle et ordre ». J’aurais besoin de savoir quel mois en 1973, il est sorti, ainsi que l’éditeur original. Sont-ce les Presses de l’Université de Chicago ? Routledge ?1

F. Hayek et L. Mises, en mars 1958

Ensuite, je n’arrive pas à comprendre comment Hayek a-t-il pu publier son “In Memoriam Ludwig von Mises (1881-1973)” dans le volume 33 de la Zeitschrift für Nationalökonomie, qui est paru en septembre d’après le site de SpringerLink, alors que Ludwig von Mises est décédé le 10 octobre de 1973. Je n’imagine pas Hayek enterrer son mentor vivant …

Si quelqu’un a des éléments de réponse, je le remercie d’avance pour ceux-ci.

  1. La première édition en un volume, avec corrections et une préface révisée est quant à elle sortie, chez Routledge & Kegan Paul Ltd, en 1982. []

Contents of The Market and Other Orders

It will be the 15th volume of The Collected Works of F.A. Hayek, and will gather several items together, all concerning the theory of markets in a subject-related logic, respecting the publication order only within each part.

Here is the plan:

  • Editor’s Introduction
  • Chapter 1 – Prologue: Kinds of Rationalism (1964)
  • Part I – Development
    • Chapter 2 – Economics and Knowledge (1937)
    • Chapter 3 – Facts of the Social Sciences (1943)
    • Chapter 4 – The Use of Knowledge in Society (1945)
    • Chapter 5 – The Meaning of Competition (1946)
    • Chapter 6 – The Political Ideal of the Rule of Law (1955)
    • Chapter 7 – Degrees of Explanation (1955)
    • Chapter 8 – The Economy, Science and Politics (1962)
    • Chapter 9 – Rules, Perception and Intelligibility (1962)
  • Part II – Generalization
    • Chapter 10 – The Theory of Complex Phenomena (1964)
    • Chapter 11 – Notes on the Evolution of Systems of Rules of Conduct (1967)
    • Chapter 12 – The Results of Human Action But Not of Human Design (1967)
    • Chapter 13 – Competition as a Discovery Process (1968)
    • Chapter 14 – The Primacy of the Abstract (1969)
      • Appendix to Chapter 14 – Discussion of Primacy of Abstract
    • Chapter 15 – The Errors of Constructivism (1970)
    • Chapter 16 – Nature vs. Nurture Once Again (1971)
    • Chapter 17 – The Pretence of Knowledge (1975)

At this moment, I ignore totally when this volume will be published. If you’re in Aix-en-Provence on May 12, you will be able to ask it to Bruce Caldwell himself, since he’ll give a conference on Hayek at the University.

Un aperçu du rôle conféré à l’Etat chez Hayek

Partant de quelques citations de La route de la servitude, Christophe de Voogd rappelle succinctement, dans « Hayek contre l’ultralibéralisme », sur Trop libre, et ce à l’encontre de certains clichés sur Hayek, que celui-ci n’a jamais été un partisan du laisser-faire intégral et qu’au contraire, en libéral classique, il a toujours prôné un Etat limité mais fort dans ce qui reste ses prérogatives, n’hésitant pas à s’en prendre à ce qui pour lui relève du dogmatisme chez certains libéraux du XIXème siècle.

On pourra compléter ce rappel, par la relecture du Mirage de la justice sociale, pourtant considéré comme le climax de son ultralibéralisme, où, là encore Hayek accorde une large place à l’Etat, au grand dam de certains, comme Hans-Hermann Hoppe, qui voient une inflexion sociale-démocrate de sa pensée, notamment dans la thèse 1 d’un article publié en 1994 : « Une critique des positions hayekiennes concernant le gouvernement et l’évolution sociale ».

Trop, pas assez, ou juste milieu : le rôle conféré à l’Etat dans la pensée de Hayek et du libéralisme est un point de débat intéressant dans l’œuvre de l’autrichien.

La constitution de la liberté en Collected Works prévue pour 2011

La constitution de la liberté publiée en français en 1993 : un objet de plus en plus rare !

Alors que la traduction française de La constitution de la liberté, réalisée par Raoul Audouin et Jacques Garello et publiée chez Litec en 1993, reste introuvable dans le commerce1,  le volume 17 des Collected Works de Friedrich Hayek est annoncé sur Amazon pour le 15 mars voire le 1 août 2011 selon le site de Routledge.2

Il est dirigé par Ronald Hamowy qui, pour la petite histoire, fut membre du Committee on Social Thought et étudiant de Hayek à l’Université de Chicago, au moment où celui-ci écrivait La constitution de la liberté dans les années 50. On pourra d’ailleurs lire ce qu’il écrivait en 1961, dans la New Individualist Review, en marge de l’ouvrage qu’il va éditer maintenant : Hayek’s concept of Freedom:A Critique. Continuer la lecture de La constitution de la liberté en Collected Works prévue pour 2011

  1. On ne sait toujours pas si une réédition ou une nouvelle édition francophone est planifiée : si quelqu’un a des informations qu’il n’hésite pas à nous en faire part []
  2. Dans tous les cas il ne sera très probablement pas édité en 2010 encore, comme le souhaitait B. Caldwell en février 2010 dans une interview téléphonique donné pour le site FutureofCapitalism.com, afin de marquer le 50ème anniversaire de la parution de l’une des œuvres maîtresses de l’autrichien. []

Des interviews de Hayek à voir sur Internet


Publiés par Bob Chitester de Free to Choose Media, neuf interviews de Friedrich Hayek, enregistrées en 1978 et réparties en 17 vidéos, sont visibles sur un mini-site hébergé par l’Universidad Francisco Marroquín (Guatemala). Parmi les interviewers on retrouve des noms bien connus comme ceux de James Buchanan (Public Choice) ou Armen Alchian (théorie des droits de propriétés). Continuer la lecture de Des interviews de Hayek à voir sur Internet

Les fils concernant l’école autrichienne sur Liberaux.org

Le forum de l’association Liberaux.org rassemble quotidiennement des libéraux d’horizons différents et si tous ne se sentent pas autrichiens, la majorité des contributeurs les plus prolixes s’en revendique. L’école autrichienne n’est pas elle-même libérale1 bien que les figures de proue des troisième (Mises, Hayek) et quatrième (Rothbard) générations s’en réclament. Les libéraux autrichiens, ne sont quant à eux qu’un des nombreux courants qui composent le libéralisme moderne. Ainsi, par exemple, la Société du Mont-Pèlerin, créée en 1947 sous l’impulsion de Friedrich Hayek, fait cohabiter en son sein des courants différents comme des membres de l’Ecole de Chicago, des ordolibéraux ou des libéraux dits « classiques », en plus des autrichiens. On intègre aussi l’objectivisme dans les courants libéraux et les adeptes d’Ayn Rand, même s’ils sont peu nombreux, sont aussi représentés sur Liberaux.org ; comme la pensée de la romancière intrigue et polarise par sa force provocatrice, elle est très souvent discutée dans le forum Lectures. Continuer la lecture de Les fils concernant l’école autrichienne sur Liberaux.org

  1. Cf. sur catallaxie.net : Des socialistes dans l’école autrichienne ? []

Des socialistes dans l’école autrichienne ?

L’école autrichienne est-elle forcément une « école libérale » ?, comme on peut le lire dans l’entrée « école autrichienne » du Dictionnaire d’économie contemporaine et des principaux faits politiques et sociaux1. Peut-il y avoir (ou y a-t-il déjà eu) des autrichiens ouvertement socialistes ?

Si l’on suit Hans-Hermann Hoppe et sa critique aussi féroce que documentée à l’encontre de la philosophie sociale et politique de Hayek, parue en 1994, on peut se dire que celui qui est considéré à tort par quelques idéologues-tapageurs comme un ultralibéral, est sur de nombreux points très proche de positions social-démocrates ou ordolibérales.

De même, son propre maître, Friedrich von Wieser, est-il aussi proche des Fabian anglais, et considéré par Ludwig von Mises comme un socialiste. Continuer la lecture de Des socialistes dans l’école autrichienne ?

  1. LAKEHAL Mokhtar (coord.), (2003) Dictionnaire d’économie contemporaine, et des principaux faits politiques et sociaux, Paris, Vuibert, 3ème édition, p. 261 []