Je vais tomber en plein dans le panneau en écrivant ce court billet et faire le contraire de ce qu’il faudrait. Mais je vais le faire en pleine de conscience, sans être dupe. Ca ne change rien, c’est un peu bête, mais voilà.

De quoi s’agit-il ? D’un adolescent de 16 ans, qui laisse des vidéos sur les réseaux sociaux. Mais cet adolescent ce n’est pas n’importe qui. C’est Enthoven III, le fils du philosophe d’Europe 1, qui a inspiré une niaiserie livresque à la ‘mauvaise’ fille de sa majesté botulesque pleurnichant que son Raphoulosophe l’avait quittée pour la femme publique n°1 de Paris, qui elle-même avait auparavant quitté Enthoven I pour le II, puis avait écrit une chanson à son nouvel amant, Raphaël (donc Enthoven II, vous suivez ?), avant de devenir elle-même la femme du président botulolèche Sarkozy… Et donc voici qu’il faut placer médiatiquement le rejeton de madame Sarkotul et monsieur Enthoven II, et voilà qu’il fait son apparition dans les media, appuyé du soutien de la ministre des lois débiles et des tweets du même acabit, la diversion gouvernementale Marlène Schiappa.

Pour y arriver le petit, pas con, a traité d’un sujet consensuel qu’il arrive à rendre polémique, à savoir le racisme, et pour cela est allé chercher à dialoguer avec des excités, avec probablement autant de bonne foi qu’un Frédéric Haziza venu provoquer en espérant se faire frapper pour pouvoir se rouler par terre comme un footballeur et espérer le carton rouge pour celui qu’il a lui-même fortement incité à la violence. Ainsi le jeune homme, qui se fait appeler Gigantoraptor, au lieu de chercher à dialoguer avec des féministes racisées, qui, elles, se font appeler intersectionnell-e-s ou afroféministes, et trouvent que les différences n’existent tellement pas qu’elles veulent des endroits et/ou des moments interdits aux blancs et/ou aux hommes 1, ou au lieu d’aller voir des rabbins suprémacistes qui pensent que les goyim sont des esclaves, voire des êtres presque humains mais pas humains totalement car pas descendants d’Adam, il la joue facile et va discuter avec des idiots utiles suprématistes blancs. Qui jouent leur rôle de méchants fasciiiiiiiistes à merveille, en se comportant de manière imbécile, exactement comme on l’attend d’eux. Comme Al Nosra pour Fabius, on peut dire qu’ils font du bon boulot, ces pieds nickelés !

Début mars 2018 : pas de caractère antijuif à la rixe… raté ! (Libération)
Fin janvier 2018 : un croche-patte « antisémiiiite ! » (BFM)

Ayant bien réussi son coup en gagnant ses premiers galons de victimes via les insultes récoltées lors de sa pêche en ligne, tout était prêt pour que le petiot puisse aller se faire introniser comme jeune porte-parole des victimes éternelles, absolues et plus humaines que l’humanité, dans les media. Normalement, quand on est un gamin tancé sur les réseaux sociaux, comme il y en a des centaines tous les jours dans ces usines à division, ça ne fait aucun bruit ; sauf s’il est Juif, évidemment, même de loin, et qu’il n’y a pas encore eu de scandale antisémiiite dans la semaine, pas un petit croche-pied (pour mémoire, voir les images à droite), pas une fausse lettre d’insulte2, pas un regard en coin, pas une étincelle sur laquelle souffler, même pas un type qui a oublié de baisser les yeux devant une kippa, rien, la dèche, le néant, une semaine sans que Finky fasse son cirque, une semaine entière sans qu’Elisabeth s’époumone comme cochon kasher qu’on égorge, pas une belle envolée de Goldnagel sur les 50 nuances d’heures les plus sombres de la France, rien, non rien de rien, la semaine perdue, foutue, gâchée, triste, et même pas une petite bombinette à Jérusalem qu’on puisse défoncer la gueule de centaines de colonisés pour se défouler.

Alors quand on est un petit Enthoven, même si on n’est que très, très vaguement juif, se faire traiter de « youtre »3, ça devient très important. On est enfin !, enfin !!, enfin !!!, la victime de la semaine, donc, et comme on est fils de, au lieu d’être défendu par les 250 sionistes à qui on file des micros pour organiser le scandale dans les media, on gagne le droit de venir témoigner soi-même, et aller montrer sa bouille chez le playboy progressiste Yann Barthès en profitant des entrées de son papa, de son grand-papa, de sa maman et du tout Paris oligarchique. Ironie du sort, le soir de son passage dans l’émission le quotidien, il se trouvait à côté de Vanessa Paradis, qui, si elle a besoin d’appui pour elle ou sa famille, pourra toujours essayer de maquer la fille qu’elle a eue avec Johnny Depp, Lily-Rose, avec cette autre fils de. Bref, livres, chansons, cocus et tromperies caviar pour une génération encore, avec une possible revanche de la scribouillarde Juliette-Justine Sade-Botul, si la série fonctionne moins bien ? On verra.

A court terme, pourquoi l’invention de ce nouveau personnage dans la telenovela parisienne ? Voici mon hypothèse. Est apparu en 2017 sur la scène youtubesque, un jeune rigolo qui se fait appeler le Raptor dissident, qui a réalisé des vidéos bien menées, sur fond de musique métal et de grossièretés un rien gratuites mais avec un sens certain sens de la formule qui rend le tout très drôle, et qui a réussi à imposer sa griffe pour servir sa cause assez anti-Système. Vu la nullité de Rudy la-traque-aux-complotistes Reichstadt que la bienpensance officielle, celle qui file de l’argent aux associations pleurnicheuses autorisées et autres bidules persécuteurs para-étatiques, ont financé pour dénoncer tous les critiques de sa théocratie fétiche, vu que la bataille de la coolitude est perdue depuis un moment par les Gardiens du Système, ils leur faut des jeunes pour tenter de retourner le flot de ceux qui sortent de la caverne, et endiguer la fuite des cerveaux loin des ombres mensongères, dont, pour eux, les catins de l’oligarchie obscure doivent n’être que les seules lumières guidant le peuple. Ils ont donc besoin d’un produit un peu frais, qui fasse oublier que les gens les plus intéressants sont dans la dissidence.

Ainsi, après l’anonyme Rudy, après l’échec de la médiatisation du petit Huchon II (parfois, ils ont beau faire, les copies sont tellement nulles que même avec de la présence médiatique, ça ne suffit pas), comme le petit Glucksman II s’est positionné sur le créneau du philosophe sérieux à la Enthoven II, ils tentent le coup avec Enthoven III. Peut-être pas tout de suite, allez, mais disons qu’ils lui ont fait faire ses premiers essais caméras pour qu’on commence à voir sa tête. Et si même moi qui n’ai pas la télévision, je suis au courant de l’existence de ce petit-là, c’est que leur projet a réussi. Et que j’y contribue un peu. Le mieux à opposer à ça, ce serait un haussement d’épaules et ne plus parler du petit-fils de, sachant que le Raptor, le vrai, a encore de beaux jours devant lui, s’il travaille et reste au niveau. C’est tout ce qu’on lui souhaite. Quand à sa copie, il faudra essayer de l’éviter, en espérant qu’ils ne le fassent pas chanter comme la mère…

PS : on me souffle à l’oreillette que le petit Enthoven III tient des propos anti-européens, plutôt proche de l’UPR. Cela conforte mon hypothèse et la renforce : non seulement le petit raptor pourra essayer d’aller sur le terrain du Raptor Dissident sur la forme, mais il pourra aussi s’approcher des militants de la dissidence soft, de manière à ce que le Système tienne dans ses mains l’opposition, comme Mélenchon est le sparring partner de Macron et que le duo des uns et des autres, ou le trio si on compte le Front/Rassemblement National comme rabatteur de voix vers les raisonnables attaliens, est orchestré dans les arrières-salles de l’oligarchie. On peut même envisager un livre entre II et III à la manière de J.F. Revel et M. Ricard conversant en public sur leurs divergences religieuses, parlant de politique et de société. Attendons que le petit passe le Bac, et ils auront sans doute de grands projets pour lui.

Bonus : du vrai raptor, pas une copie opposée

Photo d’entête : « Monstrueuses matriochka » par tangi bertin.

  1. Des endroits et moments « non-mixtes » en novlangue pudique.
  2. Repose en paix, Alex Moïse.
  3. Personnellement, je connaissais le classique « youpin », mais « youtre », je découvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *