Dans le cadre de thèses manipulationnistes et dans le cadre de la domination des faussaires sur les ignorants, j’aimerais faire le distinguo entre trois types de personnages.

Personnages conceptuels

Personnages totalement irréels ou purement fonctionnels comme la personnification des sentiments dans les romans médiévaux, Dieu comme père autoritaire et « idée régulatrice », ou encore l’Idiot dans les textes de Descartes où il sert tacitement d’interlocuteur au philosophe (Cf. Deleuze et Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ? [1991])).

Personnages falsifiés

Personnages dont l’existence historique est attestée mais qui ont été façonnés par des personnes derrière eux ont fait d’eux. Sorte de marionnettes dans une entreprise collective.

A ne pas confondre avec des personnes falsifiées par des historiens, des personnes sous influence ou des menteurs qui créent eux-mêmes son personnage.

Personnages mythiques

Personnages qui ont existé mais qui ont fait l’objet d’écriture et de réécriture. Don Juan.

Personnages fictifs

Personnages qui n’ont jamais existé et qui ont été inventés, ou de toute pièce ou, le plus souvent, à partir d’un canevas universel déjà existant.