Voici une belle leçon que l’actualité nous donne, puisqu’en deux jours la jeune Mennel Ibtissem a renoncé à sa participation à un télé-crochet sur TF1 après une cabale pour des propos considérés comme incorrects dans le totalitarisme français actuel, commencée quelques jours plus tôt via les milieux judéosionistes, et Robert Faurisson, qui a encore la force de s’opposer à lui, à l’âge de 89 ans et moult insultes, après agressions physiques et menaces de mort, est retourné dans les tribunaux réclamer que la Justice reconnaisse qu’une journaliste inculte n’avait pas à le traiter de « menteur professionnel ».

Certes, d’un côté Robert Faurisson a tort de porter plainte (et à fortiori autant de faire appel), puisque c’est une façon de reconnaître la légitimité des tribunaux français et notamment des commissaires politiques de la 17ème loge du Grand Orient de France, section justice. Plutôt que de se passer des services pourris des magistrats bienpensants, corrompus1, en mission politique et qui doivent sûrement l’avoir accroché à leur “mur des cons” comme naguère le fit le très socialiste Syndicat National de la Magistrature, bref plutôt que de défendre par écrit son honneur face à l’idiote utile du Système mais loin de ces institutions infestées qui font le déshonneur de la France et appliquent en bon Eichmann de la bêtise ou de la lâcheté, l’odieuse et si pratique Loi Fabius-Gayssot qui leur permet de dire que Faurisson a tort parce que la loi le dit, l’historien va volontairement au casse-pipe. Sans doute que cette perte de temps pour des jugements courus d’avance, lui permet de trouver la force de vivre, tenu par l’énergie de vouloir apporter un dernier témoignage. Mais stratégiquement parlant, c’est mauvais : c’est trop d’égard donné à ce qui n’en vaut pas la peine, cette pseudo-“Justice” ne méritant que notre mépris. Tout comme les élections républicaines nous font hausser les épaules et les prêchis-prêchas de l’Education Nationale n’éveillent chez nous que sourires ou bâillements, il faudrait ne plus la reconnaître et se servir de ses convocations comme papier-cul. Il faut avoir affaire le moins possible à cette chose puante et développer une contre-société qui se moque bien de cette grande clownerie. Mais au moins Robert Faurisson aura tenu à laver son honneur et ne se sera jamais excusé de chercher la vérité, en vrai chercheur et non pas en universitaire bidon juste bon à blablater comme on le lui a appris pour impressionner des minettes, écrire des dizaines d’articles et livres que personne d’autre ne lira sinon dans cette machine des 1001 nuits, et voir sa gamelle remplie. Un jour, probablement, les historiens lui donneront raison et il n’est pas seul dans ce combat pour la vérité, malgré ce que les media veulent laisser croire en ne le citant que lui2 comme s’il était un illuminé isolé. En attendant, il reste fier et droit dans ses baskets.

Contrairement à la jeunette qui, malgré des excuses, aura tout de même perdu la bataille en se retirant. Au lieu d’afficher fièrement ce qu’elle pense et qui elle est, elle se sera reniée pour rien. Au lieu de s’affirmer et de riposter comme le fit Dieudonné lorsque les vautours lui tombèrent dessus, au lieu de gagner le respect de cette France qui n’en peut plus, elle aura tout perdu. Pour paraphraser Winston Churchill : elle avait le choix entre les excuses et l’exclusion d’une émission bidon pour marioles désœuvrés, elle aura la honte de s’être excusée face aux porcs et aux propagandistes sionistes et anti-islam primaires, et le retrait de l’émission. Ça fera une filocharde de plus. On continuera à avoir des Amir lancés par un soldat de Tsahal, Patrick Benguigui-Bruel le sioniste, qui se permet d’incarner la chanson française de l’entre-deux guerres, pendant qu’on refusera à cette jeune fille de chanter pour divertir les gens le samedi soir. Elle se sera soumise à la pression des minables Hanouna et des vomitifs Goldnagel au lieu de leur montrer toute l’étendu de son majeur. Elle n’aura pas défendre ce que de très nombreux français, et pas que des jeunes de 17 ans-20 ans, pensent : que les attentats, ceux de Nice et ceux du Bataclan, sont des montages bidons destiner à créer de la tension pour passer des lois liberticides ou continuer l’état d’urgence, provoquer un choc de civilisation entre musulmans d’un côté et chrétiens et athées libéraux de l’autre, que le néo-sioniste Valls le sait très bien, tout comme Estrosi l’ami d’Israël, prompt à vanter la « méthode israélienne » en bon larbin tenu probablement par quelque secret par les sionistes. Elle sera sans doute tombée dans le piège de la production de cette émission stupide. Elle n’aura pas su en profiter pour se faire connaître en bien de ceux qui auraient été fiers de la voir et de l’entendre non-alignée sur la République Rothschildo-maçonnique de France.

Peut-être qu’à 89 ans, la petite, qui n’hésitait pas à chanter la Palestine, aura compris que, perdu pour perdu, il reste toujours une chose à sauver : son honneur.

Prends ta leçon, petite.

Bonus

Alors qu’un colon juif en Palestine est investi du droit de représenter la France à l’Eurovision3, sans que personne ne trouve rien à redire à l’être par un appui de ce peuple suprémaciste et profondément raciste, la jeune musulmane d’origine syrienne est débarquée de l’émission grand public : selon que vous serez puissant ou… Cela me dérangeait bien moins qu’Alain Soral de voir mon pays défendu par Amir, mais c’en devient écœurant lorsqu’on compare la façon dont le premier est traité par Cyril Valéry Isaac Hanouna et sa bande d’acteurs-chroniqueurs bébêtes, en mai 2016, et son lynchage médiatique par la bande de couillons télévisuels de l’ado attardé. Bien sûr Amir n’a pas écrit de tweets polémiques, mais c’est évident qu’il n’allait pas s’insurger contre les magouilles du Mossad en France, de quoi se plaindrait-il, lui, dont le pays belliqueux et illégal, bénéficie ?
Là, les questions sont posées par l’odieux Alain Soral, donc c’est vilain vilain vilain pas bien et déconseillé en chœur par le Decodex et Rudy Reichstadt :

Et si les mêmes questions sont posées par d’autres, des musulmans, c’est mieux ? Soral, au moins, peut aller au bout des questions qu’il pose sur son canapé rouge, quand on voit comment le sujet est traité dans les media :

Bonus 2

Ce qui a gêné plus que tout, ceux qui ont lancé la polémique :

Photo d’entête : « Danseuse Blanca » par Frédéric Lakermance

  1. Et, pour certains, impliqués dans des torts bien plus graves  – consommation de drogues, rites sataniques, meurtres rituels, disparitions de dossier pour protéger leurs amis de l’élite répugnante ou des pions qui les servent – que ceux des gens qu’ils auront à condamner, comme l’avait révélé à ses enfants, le juge Roche. []
  2. Mais que la jeunesse s’intéresse un peu à feu Serge Thion et à son site de l’AAARGH!, au site de Vincent Reynouard, au site du CODOH, etc. []
  3. Concours grotesque, qui fait rire autant que la Justice française. Au demeurant la chanson, même si en anglais, ce qui est gênant pour représenter la France, était très bien dans son genre léger et entrainant. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *