Vincent Lapierre, un des piliers d’Egalité et Réconciliation a pris son indépendance de l’association en août 2018, pour essayer de faire quelque chose de plus grand public, parfois moins politique1 allant ici où là continuer à faire ce qu’il faisait avant, mais avec un grand risque de passer, comme le Raptor, de la caméra embarquée au cœur de l’événement, au Raptoutou sans dents :

Personnellement, je n’ai jamais aimé les micro-trottoirs de Vincent Lapierre, pas parce que c’étaient les siens mais simplement parce qu’un micro-trottoir, en général, ne génère jamais rien de bon. Dans chaque communauté ou dans chaque événement on trouve quatre débiles, quatre personnes brillantes et selon qu’on veut appuyer la cause ou se moquer, on construit son montage de manière à arriver à montrer ce qu’on voulait montrer a priori en se rendant à l’endroit en question. Et un montage fait par les uns ou par les autres, reste une sorte de mensonge. J’aime mieux ses reportages lorsqu’il se rend là où les journalistes officiels du Pouvoir ne vont pas, notamment dans les tribunaux et la fameuse 17ème chambre du Tribunal Correctionnel de Paris, bras armé de la censure en France et lieu où on joue le meilleur violon, bien mieux que feue Ginette Neveu.

D’autres reportages étaient aussi intéressants, qui montraient comment on filtre l’accès à l’image, comment on empêche illégalement des citoyens d’informer, le vrai visage haineux de la Ligue de Défense Juive2, ou rendaient visibles les relations entre les services de sécurité de la communauté organisée qui est si ouverte d’esprit et gentille qu’on n’a pas le droit de la nommer3  :

Mais cela trouvait aussi ses limites : voir trois fois Vincent Lapierre se faire refouler et ne pouvoir filmer ce qu’il voulait, avait à la longue un côté non plus pédagogique, mais lassant.

Voici donc le montage de Vincent Lapierre,4 où il allait tendre son micro au vendeur d’une nouvelle librairie identitaire anti-musulmane à l’occasion de la venue du sayan Eric Moshe Zemmour, grand manipulateur très soucieux de pousser musulmans et chrétiens à la guerre civile :

Suivie de la critique de Soral :

Alain Soral a donc fait le point, assez justement, avec la colère d’un homme qui voit le projet d’un ami – Emmanuel Ratier– se faire récupérer par des parasites puis transformer en quelque chose qui n’a rien à voir, non sans avoir encore au passage été au service de sa fausse figure christique dénonçant les Judas. Fausse, car Jésus, plutôt que de chercher à braquer et à humilier, chercherait à renouer le lien qui a été cassé, comme il le propose en Matthieu 18, 21-35. Jésus n’aurait pas multiplié ces attaques sous la ceinture à l’encontre de son ancien ami, comme il l’avait déjà fait avec Jacob Cohen, lorsque celui-ci avait claqué la porte, prétextant que le vieux monsieur aimait les petites beurettes. Jésus n’aurait pas des souci de quéquette et ne voudrait pas avoir la plus grosse, pour être le loup dominant, faisant de la politique sous la ceinture, là où ça n’a pas lieu d’être. Jésus, n’aurait pas empêché Vincent Lapierre d’utiliser son générique tourné avec les moyens de l’association et n’aurait pas fait retirer toutes les vidéos du Media pour Tous de Youtube.5 Sans doute que, à l’instar de la vraie mère de l’enfant en appelant à l’arbitrage de Salomon, il aurait pensé à la cause plutôt qu’à ses griefs (même justifiés) envers son ancien employé. Ils auraient pu s’arranger à l’amiable. Aussi, ces attaques ne sont vraiment pas au niveau de la lutte qui est menée par son association. Plus que le Nazaréen cloué par les Juifs, les Romains, ou les deux, d’ailleurs, ici, Soral en jetant Lapierre comme il l’a fait6 se comporte plutôt en adepte du Talion et en communiste qu’il est, secrétaire général de sa petite organisation révolutionnaire, qui châtie publiquement le social-traître. Cela dit, Vincent Lapierre étant, paraît-il, chaviste7, je suppose qu’il doit accepter la sanction de son ancien chef, et préparer son propre procès en révisionnisme de Soral, dans la bonne tradition communiste.

Le plus ridicule – et c’est déjà risible d’entendre justement Alain Soral regretter que ses anciens collaborateurs prennent la grosse tête et reprocher au “journaliste” Vincent Lapierre de s’être mis en scène – c’est qu’au même moment où il déplore les méfaits de la starsytémisation des petites figures de la dissidence contre la manipulation sioniste, Egalité et Réconciliation met en avant sa nouvelle deuxième tête connue au sein de la rédaction, en la personne de Pierre de Brague. Celui-ci est à la droite encore plus à la droite du Petit Père de la dissidence, depuis le départ de Lapierre, bien dans les bonnes grâces du roi parce qu’il l’imite en tout, entraînement au MMA en sus et muscles présentés pour que les adeptes en mal de mâles virils et espérant le retour de la burne, adhèrent au projet :

 

Ce juste combat, n’a pas besoin de cette image, puisqu’il est bon en lui-même et se soutient par la seule raison, mais tout ce cirque n’est pas à l’honneur des protagonistes. Et dans tout ça, pour la librairie Facta et sa personnalité on regrette amèrement Emmanuel Ratier.

Publié le 17 octobre – mis à jour le 9 novembre 2018.

Photo d’entête : “Finn Balor defeats Karl Anderson” (With Luke Gallows) par Miguel Discart

Notes

  1. Comme lorsqu’il s’entretient avec un ami vegan new-âge.
  2. Qui devrait s’appeler la Ligue de Défense des Juifs, puisque cette milice violente n’est pas constituée de Juifs qui défendent les gens, ils s’en fichent du goy, mais leur tribu exclusivement. De toute façon, même s’ils étaient universalistes, de quel droit se substituent-ils à la police qui les protège déjà en priorité dans le cadre du Plan Vigipirate. Bref.
  3. Comme Voldemort dans Harry Potter, comme la franc-maçonnerie dans l’université, ou, comme on dit, la plus grande réussite du Diable est de faire croire qu’il n’existe pas. Et c’est vrai qu’il n’existe pas en tant qu’entité, certes, sauf s’il est un ensemble de réseaux secrets.
  4. Dans sa version complète, Lapierre ayant répondu à l’attaque soralienne en diffusant la version complète de son montage au public, même non-abonné. Il y évoque Soral, mais cela n’aura pas suffit au Grand Maître du Logos, puisque Lapierre refait le débat Zemmour vs. Soral et ne prend pas partie pour le deuxième, ou pas assez au goût du Loup Dominant de la meute.
  5. D’où tous les écrans gris de cette page… [09.11.2018]
  6. Certes, le jeu de mots est facile mais ça donnera l’occasion à tous de relire Jean 8 et l’épisode de la femme adultère.
  7. Difficile d’être chaviste et d’aller tapiner pour le national-sionisme, non ?
Publié dans : 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *